• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • août 2019
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />
  • Accueil
  • > Recherche : guirlande noël

Résultats de votre recherche

Les plus beaux sapins de noël dans le monde

Posté par ENO filles le 22 décembre 2010

Les plus beaux sapins de noël dans le monde  

Qui dit guirlandes, dit sapin.

Il existe actuellement de part le monde des sapins gigantesques  dont le plus célèbre est celui de New York. Mais il n’est pas le seul. Regardez plutôt.

lesplusbeauxsapinsdenoldanslemonde.jpg

cliquez sur le sapin

Dans le cadre de la tradition chrétienne, l’arbre de Noël ne doit pas être érigé avant la veille de Noël, c’est-à-dire le 24 décembre et doit être enlevé douze nuits après, pour l’Épiphanie.

Dans les faits, les décorations des rues démarrent nettement plus tôt et il n’est donc pas rare qu’un sapin survive jusqu’à la Chandeleur peu de jours avant le début du Carême. Il faut du temps pour l’ériger, le décorer, l’admirer et donc pour en profiter.

Chez moi il est dressé le 1er décembre et il repart le 11 janvier, Epiphanie et Anniversaire de ma petite-fille oblige. Mais la dernière main a toujours lieu le 24.

Quelques liens parmi d’autres qui vous présentent ces extraordinaires réalisations. 

http://www.buzzactus.com/article-les-plus-beaux-sapins-de-noel-dans-le-monde-40891057.html

http://www.zimbio.com/member/marcolino/articles/HfjRVEuECEX/No+l+2010+dans+le+monde

Publié dans 2010, Noël, Sapin | Pas de Commentaires »

Les guirlandes de Noël

Posté par ENO filles le 21 décembre 2010

Quelques guirlandes familiales
Album : Quelques guirlandes familiales

10 images
Voir l'album

L’origine des guirlandes 

Ces guirlandes qui couvrent nos sapins ne sont pas si anodines.

Que représentent-elles pour nos petits?

En voici un exemple que je vous avais déjà raconté précédemment

Histoire du serpent-guirlande 

… sur une idée d’un petit garçon de trois ans dans ma classe de Petite section à l’Ecle Maternelle du Mourillon à Toulon en 1996.  Voir article du 21 décembre 2007: Petits contes de Noël à lire en famille

Il était une fois un petit serpent multicolore qui vivait tranquillement avec sa famille dans une forêt proche. Le petit serpent était le plus jeune de la famille et ses frères n’avaient guère envie de jouer avec lui. Le petit serpent en avait assez de se voir repoussé continuellement. Un jour, le petit serpent entend des cris aigus qui envahissent la forêt. Il a très peur et se réfugie sous le premier arbre venu. Mais peu à peu il s’enhardit et jette un œil timide. Une troupe de personnages étranges qui se tiennent debout sur deux queues et qui courent dans tous les sens en criant et en riant. Non décidément mieux vaut ne pas se montrer. Le petit serpent se fait encore plus petit, jusqu’à ressembler à un caillou ou un champignon et se glisse sous un petit tas de feuilles dorées dont la couleur ressemble à la sienne. Tout d’abord, les enfants, car il s’agit bien d’enfants, ne voient pas l’animal et s’amusent à ramasser des brindilles, de la mousse et des pommes de pin pour décorer leur sapin et leur crèche. Car nous sommes à Noël. Mais l’un d’eux, le plus petit, le plus futé, l’aperçoit et crie « Vite ! Vite ! Sauvez-vous ! Un serpent ! Il va nous piquer et nous faire mourir avec son venin. Toute la troupe détale, les bras chargés du produit de sa cueillette. Le petit serpent très triste de faire ainsi peur, les suit de loin en prenant bien soin de ne pas se faire voir. Comme il aimerait jouer avec eux !  Arrivés au village les enfants s’éparpillent et rentrent dans leurs maisons. Bientôt la rue est vide.  Le petit serpent sort du bois et s’approche d’une fenêtre éclairée. Et près d’un feu de cheminée il aperçoit un arbre, un sapin comme ceux de sa forêt, mais celui-ci est couvert de décorations qui brillent encore plus fort que les flammes de la cheminée. Il remarque de suite les guirlandes qui scintillent. Tiens ! des serpents ? Ils sont comme lui, ils se tortillent dans l’arbre et les enfants autour les regardent, les touchent et rient. Le petit serpent est envieux. Il se dit : «Voilà, eux ne sont pas tous seuls, ils ont des amis pour jouer. Moi aussi j’aimerais bien être avec eux et porter ce bel habit de lumière ! » Une fée qui passait par là l’entend. « Je peux t’aider, si tu le souhaites vraiment. Tu peux devenir l’un d’eux. Mais il y a une condition terrible. A partir de ce moment-là, tu vas perdre la vie. Fini de te glisser partout. Tu vas devenir le jouet des hommes et c’est eux qui décideront pour toi. Et quand la fête sera finie ils te mettront dans une boite et tu iras dormir dans un placard jusqu’au Noël suivant » Le petit serpent réfléchit un moment. Mais il revoit ses parents toujours occupés, ses frères qui l’ignorent. Il déteste la solitude ! Alors il se décide et dit à la fée d’exaucer son vœu. La fée lui donne à boire un liquide doré très doux qu’elle sort d’un minuscule flacon d’argent. « Voila c’est fait. A la nuit tombée, tu te glisseras dans la maison et tu te couleras dans le sapin. Ce liquide va t’aider à t’endormir et au matin, ta vie aura changé » Et elle disparaît dans un grand halo de lumière et d’étoiles. Quand la maison est endormie le petit serpent se glisse en silence dans la maison puis dans l’arbre et s’endort à son tour.  Mais voici le matin. La maison s’éveille et les rires reprennent. Les enfants s’approchent du sapin au pied duquel le Père Noël pendant la nuit a déposé les cadeaux. Personne ne voit le petit serpent qui commence à se demander s’il a eu raison. Tous les cadeaux sont défaits et éparpillés. Le plus petit de la maison cherche encore dans l’arbre en quête d’un  paquet oublié. Et soudain il aperçoit une merveilleuse guirlande qui n’était pas là la veille. C’est notre petit serpent. L’enfant émerveillé appelle la maisonnée. Tout le monde vient admirer cette décoration inconnue, la plus belle de l’arbre. Tout le monde le touche mais il ne ressent rien, sinon un immense bonheur. Il est devenu beau et utile. Personne n’a peur de lui. Tout le monde l’admire et plus personne ne le fuit. Le petit serpent ne peut rien dire mais il sait que désormais il ne sera plus seul. Et depuis d’autres petits serpents qui l’ont reconnu ont fait comme lui. Et c’est pour ça que chaque année il y a de plus en plus de belles guirlandes dans nos arbres de Noël. 

…et un autre conte qui fait bien suite à la période d’Halloween et qui après avoir enlevé chez l’enfant la peur du serpent, lui rend les araignées plus sympathiques.

La petite araignée de Noel

A propos des guirlandes qui illuminent nos sapins, la légende raconte qu’il y a bien longtemps, en Allemagne une maman s’affairait pour Noël.

Pour ce faire, elle avait dressé le sapin, briqué sa maison, chassé les araignées à grands coups de balai. Effrayées, celles-ci étaient parties se réfugier au grenier. Le calme et la sérénité revenus, hardiment, les araignées redescendirent et découvrirent le sapin. Elles trouvèrent l’arbre si joli, qu’elles en entreprirent l’assaut le couvrant de leurs toiles grises et poussiéreuses.

Quand le Père Noël arriva un peu plus tard pour distribuer les cadeaux, il fut ravi de découvrir nos araignées heureuses, pleinement satisfaites de leur savant maillage mais il pensa aussi à la tristesse de la maman qui allait retrouver son arbre enveloppé de toile grise.

Du coup, pour satisfaire tout le monde et parce qu’il était aussi un peu magicien, le Père Noël transforma les fils grisâtres en fils d’or et d’argent.

L’arbre se mit alors à scintiller et à briller de tous ses feux… il était devenu magnifique.

C’est pour cette raison que depuis, nous couvrons nos sapins de belles et brillantes guirlandes.

C’est également pour cela qu’à Noël, il nous faudrait toujours glisser au milieu des branches du sapin, une gentille petite araignée.

Le premier sapin de Noël et les premières guirlandes

Petit rappel : « Le premier arbre de Noël serait apparu en Alsace en 1521. Il fut ensuite introduit en France par la princesse Hélène de Mecklembourg qui l’apporta à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d’Orléans. 

En 1841, le prince Albert (originaire d’Allemagne), époux de la reine Victoria, fit dresser un arbre de Noël au château de Windsor, en Angleterre.

De la cour, la mode du sapin de Noël se répandit rapidement chez la bourgeoisie et se propagea ensuite chez les gens du peuple. À l’époque victorienne, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d’une nappe de damas blanc »

On le parait de guirlandes, de bonbonnières et de fleurs en papier. 

art126011.jpg   guirlande21.jpg

Les divers éléments servant à son ornementation furent d’abord conçus à la maison, avant d’être produits en industrie. Et actuellement encore cette pratique est largement utilisée malgré l’abondance des produits manufacturés.

La création restera toujours l’essence même de l’Homme

Au milieu du XVIIe siècle, l’illumination du sapin se faisait au moyen de petites bougies. Elles seront remplacées, au début du XXe siècle, par des ampoules électriques qu’il a fallu brancher en guirlandes

Un coloriage pour vos enfants

coloriage.jpg

Bien sûr, au lieu de colorier l’enfant peut coller des éléments sur le fil… A lui de trouver des idées…

 

Publié dans 2010, Guirlandes, Noël | Pas de Commentaires »

La grande histoire du sapin et de la boule de Noël

Posté par ENO filles le 13 décembre 2010

Savez-vous pourquoi nous mettons des boules au sapin de Noël ?

Boules de Noël
Album : Boules de Noël

46 images
Voir l'album

Les boules seraient la représentation des pommes du Paradis

Pour mieux comprendre, nous allons revenir tout au début de son histoire avec celle du sapin. 

L’arbre de Noël regroupe infiniment de symboles montrant les richesses de la nature : la lumière, les anges, les fruits des vergers, des champs, de la forêt et de la mer.

L’étoile qui brille à son faîte annonce la fin du voyage, le havre de paix.
Il n’est pas une « invention » chrétienne de Noël…

Antiquité 

Les Celtes considéraient le 24 décembre, comme le jour de la renaissance du Soleil. Ils avaient coutume d’associer un arbre à chaque mois lunaire, ils avaient dédié l’épicéa, qui était l’arbre de l’enfantement, à ce jour-là.

Quant aux Romains, ils décoraient leur foyer de branches de sapin lorsqu’ils fêtaient Saturne: durant cette période du 17 au 24 décembre, les esclaves prenaient la place de leurs maîtres qui devaient les servir à table….

Les Scandinaves plaçaient un sapin devant leurs abris pour que les esprits les protègent du grand froid…

Le christianisme va amplifier la symbolique en lui donnant les diverses valeurs chrétiennes liées à la naissance du Christ et tant que « renouveau »…

Moyen-Age et Renaissance 

Au XIe siècle, les fidèles avaient coutume de présenter des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis. Il représentait à l’origine l’Arbre d’Eden dans les mystères joués la veille de Noël sur les bords du Rhin. L’arbre du Paradis était souvent symbolisé par un sapin garni de pommes rouges Chaque fruit suspendu sur l’arbre représentait un pêché d’Adam et d’Eve. 

Au XIIe siècle la tradition du sapin apparait en Europe. Il est très répandu en Alsace et dans la région de Bâle. On commence à voir des premiers sapins illuminés. Comme la cire était coûteuse, on plaçait des coquilles de noix remplies d’huile à la surface de laquelle une petite mèche flottait ou des chandelles souples que l’on nouait autour des branches.

Officiellement, L’Eglise considérait que l’arbre de noël était une réminiscence trop puissante du rite païen et franc-maçon et tolère à peine son usage lors des fêtes du solstice d’hiver, où l’on décorait un arbre, symbole de vie, avec des fruits, des fleurs, du blé, ce jusqu’au milieu du XXe siècleAu cours du XVe siècle, les fidèles commencent installer le sapin dans leurs maisons, le 24 décembre, jour de la fête d’Adam et Ève. Jusqu’à présent, on décorait les maisons avec des branches coupées 3 jours avant Noël.  Il existe également des documents attestant d’une fête le 24 décembre 1510 à Riga en Lettonie où des marchands dansaient autour d’un arbre décoré de roses artificielles avant de le brûler. C’est en 1521 que le sapin ou arbre de Noël ou encore arbre du Christ est mentionné pour la première fois en Alsace et dans la région de Bâle. Mais il est encore sans lumières. Il représente l’Arbre d’Eden dans les mystères joués la veille de Noël sur les bords du Rhin. Pour le décorer, on attachait des pommes à ses branches. En 1546, on parle sérieusement d’arbres de Noël quand la ville de Sélestat en Alsace autorise à couper des arbres verts pour Noël, au cours de la nuit de la Saint Thomas, le 21 décembre. Rapidement, la décoration du sapin va se diversifier, et à côté des pommes rouges, apparaissent les roses, symboles de la Vierge, des confiseries et des petits gâteaux ressemblant à des hosties. 

La Réforme 

En 1560, en pleine Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin de Noël, arbre qui symbolise le paradis d’Adam et Eve et la connaissance du bien et du mal. Aussi, la tradition du sapin de Noël se répand dans les pays d’Europe Protestante, en Allemagne et en Scandinavie. La décoration devient plus importante et plus variée. On accroche notamment une étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages. Peu à peu, après que la tradition se fût répandue dans les communes protestantes d’Allemagne du nord et les grandes villes le sapin se répandit dans les milieux catholiques et occupa une place de choix dans les églises des deux religions. Au XVIIIe siècle, la coutume du sapin décoré était déjà bien implantée en Allemagne, en France et en Autriche.  En France, l’arbre de Noël est introduit à Versailles par Marie Leszcynska, femme de Louis XV en 1738. Plus tard, on accrocha une étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages. Dès lors il conquit peu à peu les communes protestantes d’Allemagne du nord et les grandes villes et occupa une place de choix dans les églises des deux religions. Son introduction au Canada se fait à la fin du XVIIIe siècle, avant même qu’il ne devienne une pratique courante en Angleterre. Il fait ensuite son apparition aux Etats Unis à la Maison Blanche. 

Les Temps Modernes

C’est au XIXe siècle que le sapin de Noël prend véritablement son essor. 
Mais il est réellement popularisé par la princesse Hélène de Mecklembourg qui l’apporte à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d’Orléans et fait décorer un sapin aux Tuileries. 
En 1841, le prince Albert, originaire d’Allemagne, époux de la reine Victoria, fait dresser un arbre de Noël avec ses lumières brillantes au château de Windsor. De la cour, la mode du sapin de Noël se répand rapidement chez la bourgeoisie et se propage ensuite chez les gens du peuple. À l’époque victorienne, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d’une nappe de damas blanc. On le parait de guirlandes, de bonbonnières et de fleurs en papier.  Cette tradition se généralise après la guerre de 1870 dans tout le pays. Les émigrés d’Alsace-Lorraine font largement connaître la tradition du sapin aux français : « Là où il y a une famille alsacienne, il y a un sapin de Noël ». A la fin du XIXe siècle tout le pays l’a adopté C’est à partir de 1880 qu’on a pu voir les premières décorations avec des ampoules électriques aux Etats-Unis. Mais c’était tout de même rare car au début du siècle le prix d’une guirlande d’ampoules représentait un salaire hebdomadaire moyen. Il faut cependant attendre le XXe siècle pour les pays catholiques comme l’Italie ou l’Espagne l’adoptent… Désormais, les guerres de religions ont disparu et chaque foyer célèbre un Noël œcuménique avec le sapin et la crèche. 

La Tradition fait place à la Décoration

Les divers éléments servant à l’ornementation furent d’abord conçus à la maison, avant d’être produits en industrie.

Au milieu du XVIIe siècle, l’illumination du sapin se faisait au moyen de petites bougies.

Elles sont remplacées, au début du XXe siècle, par des ampoules électriques. D’autres variantes, tels les sapins extérieurs et artificiels, apparaîtront au tournant du XXe siècle.

Jusque dans les années 1950 c’est l’Allemagne et les pays d’Europe de l’est qui restent le cœur de production des ornements d’art. Les artisans travaillaient de nombreux matériaux comme le verre soufflé, filé, moulé, le métal, la cire et le bois. On fabrique aussi des petits personnages en coton, des cheveux d’anges métalliques d’origine lyonnaise. 

La boule de Noël

La boule de Noël qui décore les sapins est née à Meisenthal en Moselle : traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, l’hiver fut si rigoureux qu’il n’y eu plus de pommes. Un artisan verrier eut l’idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d’autres fruits.

Aujourd’hui, le sapin est décoré de guirlandes colorées, de bougies électriques et de boules représentant des fruits avec, au sommet, l’étoile de Bethléem. 

Un peu de botanique

En botanique, au sens strict, on distingue le sapin de l’épicéa. En général, le sapin de Noël est un épicéa mais on trouve parfois sur les marchés de Noël des vrais sapins. Le sapin se distingue par ses feuilles aux deux bandes blanches sur le dessous. C’est pourquoi il porte le nom officiel d’abies alba (sapin blanc). Ses feuilles sont plus grandes, plus vertes et plus résistantes que celles de l’épicéa. Le nom consacré de l’épicéa est picea abies (épicéa sapin). Le premier terme désigne le genre, le second l’espèce. Ce sont donc deux genres différents : le premier appartient au genre sapin, le second au genre épicéa, mais l’espèce est le sapin ! Aujourd’hui, le sapin de Noël classique est essentiellement un épicea (Picea abies) mais en raison de la chute plus rapide de ses aiguilles on lui préfère le Sapin de Nordmann (Abies nordmanniana), bien plus cher. D’autres variétés intermédiaires sont proposées en jardinerie comme le sapin de Corée (Abies koreana) ou encore l’épicea de Serbie (Picea omorica).  Les toutes premières décorations en forme de boule de Noël étaient constituées de fruits (pommes, oranges …) auxquels on ajoutait des petits motifs en papier et des hosties non consacrées.Dans les années 1830, à Lauscha (Allemagne) on produisait des « kugels » (boules de verre) qui étaient destinées à protéger la maison des mauvais esprits. C’est un souffleur de verre (resté anonyme ?) qui, au milieu du XIXe siècle, a créé les boules en verre de Lorraine et de Bohême soufflé et peintes à la main les plus appréciées.

En Alsace on raconte qu’à la suite d’une mauvaise récolte de pommes en Alsace et d’une grande sécheresse qui priva les sapins de fruits cette année là , un verrier de Strasbourg qui venait de Goetzenbruck eut l’idée de créer des décorations pour embellir ces sapins, à Noël et de les remplacer par des boules de verre !

Les verriers décidèrent alors de confectionner des pommes et des noix… en verre et constatèrent que le résultat dépassait leurs espérances. L’idée plut tellement qu’un artisanat se développa.
Les premières étaient apparemment argentées.

A partir de ce jour, ces décorations inattendues se propagèrent avec succès bien au-delà de l’Alsace et petit à petit donnèrent naissance à la fameuse boule de Noël.

C’est ainsi que dans les Vosges du Nord les verriers de Meisenthal dont la verrerie était plutôt spécialisée dans le verre optique. produisit donc également des boules décoratives dès 1857 et ce jusqu’en 1964 et furent à l’origine de l’industrie de ce décor de Noël.

Ils s’établirent pour pratiquer leur art arrivé au sommet au début du siècle dernier. Ici, toutes les conditions idéales étaient réunies pour fabriquer le verre : l’eau pure, le sable, le bois et la fougère. Chaque année à l’approche de Noël, les verriers décoraient leur sapin avec des petites pommes rouges et les noix de leurs vergers.

Un petit tour à Meisenthal vous instruira. Et vous fera retrouver votre âme d’enfant ! Lorraine de cœur

On trouve facilement le bâtiment central du site verrier : il se trouve derrière un sapin géant, décoré de merveilleuses boules en verre.

VOULEZ-VOUS DES IDEES? 

Vous trouverez de charmants modèles à fabriquer sur

La pomme verte

le village du Pere Noël

La tête à modeler

Publié dans 2010, Boules de Noel, Noël, Sapin | Pas de Commentaires »

Tout Noël sur le blog

Posté par ENO filles le 11 décembre 2010

Tous les liens vers mes précédents articles 

NOEL 2007  VOLET 7

Noël… Hier et Aujourd’hui  

Noël est en vente! textes personnels 

Noël éternel diaporama 

Magie de Noël, diaporama 

25 décembre Joyeux Noël  

The Christmas’s Papy’s Show  

Petits contes de Noël à lire en famille  

 NOËLS de France – Visitez l’Alsace gourmande  

La confiture de Noël  

NOEL 2008  VOLET 7

 8 décembre   Noël est en route  Du Moyen Âge à aujourd’hui    

16 décembre Vœux pour l’Avent    

18 décembre   Quelque part en Laponie… une visite au Père Noël      

*Ou ça ?  

*Lettre au Père Noël/ Modèles

*Plus fun avec Rémi Gaillard  

18 décembre 2008  Joyeux Noël dans toutes les langues…ou presque   

27 décembre 2008 Pour l’année 2009… Une bouteille à la mer  

6 janvier 2009 La citation du jour - Croire au Père Noël

NOEL 2009 VOLET 7   

29 novembre 2009 Noël arrive   

Quelques Calendriers de l’Avent 2009  de mes ami(e)s unblogueu(ses)rs:   

Elfounet , Willowitch, MonalisaVéro,  Kathy85 Cérellement votre     

Samedi 5- 6-7 décembre Lyon Fête des lumières  

7 décembre 2009 Un père mon père  

Mardi 8 Décembre – Lyon Fête des lumières dernier jour  

Mercredi 9 décembre Sapins à gogo 

Jeudi 10 décembre Spécial enfants  

Dimanche 13 décembre Un calendrier animé de l’Internaute 

dimanche 13 décembre- Desserts et friandises de Noël          

*Mme de Sévigné et le chocolat    

*Mes sources gourmandes 

*Chocolat ludique:  Un extrait de “Folies de Provence”  

*Quelques recettes proposées par Caneylle  

Lundi 14 décembre – Sainte Barbe  

Mardi 15 décembre – Ma collection de Pères Noël  

mercredi 16 décembre 2009- Le show de Noel dans les vitrines  

Jeudi 17 décembre 2009Ambiance de fête – Tables de Noël   

Vendredi 18 décembre La lettre au Père Noël  

Samedi 19 décembre Noël en Chine – Le plein des églises et le chic de la jeunesse   

Samedi 19 décembre 2009 Réveillon de Noël. Pas encore prêts!…   

NOEL 2010 VOLET 7

10 décembre Noël 2010  présentation de Noël 2010  

5 décembre 2010  Le BlOg VoUs SouHaite Une JoYeuSe SaInt-NiCoLas  

*Saint Nicolas à l’Elysée  

*La légende du Saint Nicolas chantée par Dorothée  

* Qui était Saint-Nicolas ?  

* Article paru dans “Le Monde” Juillet 2004   

*Toutes les paroles des Chansons de Saint-Nicolas   

* La légende de Saint Nicolas  

 Chanson des écoliers   

Saint Nicolas est en voyage   

Chansonnette des petits lorrains   

Grand Saint Nicolas   

Saint Nicolas, patron des jeunes filles 

Saint Nicolas a trois clériaux  

Saint Nicolas, mon bon patron   

Saint Nicolas qui mariez les filles et les gars  

* Un joli site pour les enfants  

7 décembre 2010 Calendrier de l’Aventcartes virtuelles animées

une animation par jour  

10 décembre 2010 Noël for ever 

Sauvez vos souvenirs en créant des livres photos *Album: Mes livres-photos  

10 décembre 2010 Les couronnes de Noël - album 

13 décembre La grande histoire du sapin et de la boule de Noël Lettre au Père Noël 2010

VOULEZ-VOUS DES IDEES? Sites de bricolages de Noël 

16 décembre Show de Noël dans les vitrines parisiennes - diaporama

20 décembre Les plus beaux sapins de noël dans le monde - diaporama

21 décembre Les guirlandes de Noël

L’origine des guirlandes Histoire du serpent-guirlande – La petite araignée de Noel -  Le premier sapin de Noël et les premières guirlandes

22 décembre Un Joyeux Noël de Sylvette et de Geny - animation 23 décembre Le petit peuple et Noël - Gnomes Lutins farfadets korrigans trolls et autres génies du monde 

* NOUVEL AN VOLET 7

13janvier 2007 Bonne Année 2007

31 décembre 2007 Nouvel an 2008  

27 décembre 2008 Pour l’année 2009… Une bouteille à la mer

11 janvier 2010 Noël à Oran – Nos “Vieux” de là-bas

11 janvier 2010 Des voeux toujours * Du sympathique trivial colonnois

Publié dans | Pas de Commentaires »

31 octobre 2010 Bye bye heure d’été on retire 1h

Posté par ENO filles le 30 octobre 2010

animation2.gif

emoticone Cette nuit, on passe à l’heure d’hiver. Pour ou contre? 

Ce week-end, dans la nuit de samedi 30 au dimanche 31 octobre 2010, à 3h du matin, il faudra retarder pendule, montres, téléphones, portables, etc…. d’une heure. Il sera donc 2h du matin.

Se lever plus tôt, ou dormir… Profitons-en !!! 

Restons positifs… Nous nous lèverons une heure plus tard!

Dans deux mois ce sera Noël, ses sapins, ses guirlandes, la neige pour certains, les cadeaux, les étrennes du Jour de l’An..

que du Bonheur!

A noter que le passage à l’heure d’hiver  existe depuis 1998 (date harmonisation avec l’Union Européenne) et s’effectue le dernier dimanche d’octobre.

Explications

« Heure d’été »

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

L’heure d’été est un système utilisé par un grand nombre de pays de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud consistant à ajuster l’heure locale officielle, en ajoutant généralement une heure par rapport au fuseau horaire pour une période allant du printemps jusqu’à la fin de l’été ou le début de l’automne, ce qui a pour effet de repousser l’heure à laquelle on voit le soleil se lever et se coucher.

L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre afin de profiter plus tard de la lumière solaire pendant la période estivale.

Cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission européenne qui parle d’économies relativement limitées.

D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales.  Cette mesure est principalement utilisée dans les régions tempérées, où les variations saisonnières de luminosité rendent la mesure pertinente. Pour l’Europe (sauf en Islande), la période s’étend par décret du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre. 

Chaque pays est libre de suivre ou non ce changement (si oui, par contre il doit le faire à la date fixée) et de choisir comme heure d’hiver une heure calée sur le méridien de son fuseau horaire comme la Grande-Bretagne ou le Portugal ou de la décaler d’une heure comme la France.

Pour l’Amérique du Nord, et à partir de 2007, cette période estivale débute dans la nuit du deuxième dimanche de mars, tandis que le retour à l’heure normale se fait le premier dimanche de novembre.

Lors du passage à l’heure d’été, à 1 heure en temps universel coordonné (UTC), soit à 2 heures du matin en heure européenne d’hiver (1 heure en Grande-Bretagne et au Portugal, 3 heures en Europe de l’Est), les montres sont avancées de soixante minutes, de sorte qu’il est couramment dit qu’« une heure de sommeil est perdue ».

Lors du passage à l’heure d’hiver, à 1 heure en temps universel, soit à 3 heures du matin en heure européenne d’été (2 heures en Grande-Bretagne et au Portugal, 4 heures en Europe de l’Est), les montres sont retardées de soixante minutes et « une heure de sommeil est gagnée ». 

Autre source:

Le Post  »Dimanche tragique pour la France…«  

Précédents articles

Volet 5 – 26 octobre 2008   Aujourd’hui, changement d’heure… Dans quel sens les aiguilles?

cliquez sur le réveil

montre1.jpg

Volet 7 – 27 mars 2010 Heure d’été Attention ! Demain, changement d’heure  

cliquez encore sur ce réveil

penduleminuit.gif

Publié dans 2010, Heure, saisons | Pas de Commentaires »

Jeudi 31 décembre 2009 Faites la fête

Posté par ENO filles le 31 décembre 2009

                                               01bandeau.jpg

« Faites la fête avec tout votre corps, avec tout votre être. Et tant pis si vous y laissez quelques plumes. Ça repousse !  » Sophie Chauveau

Ce soir tout est permis… ou presque. Les conseils ne manquent pas.

Cliquez sur les liens ci-dessous

Boire ou conduire, le dilemme du Réveillon

Rentrez vivant. Et la tête haute

Boire ou conduire, les Français n’ont pas choisi

Je suis avec vous de tout coeur, partout dans le monde, ici et ailleurs avec vous mes amis

Ce petit diaporama en témoigne. Je travaille dur pour vous faire plaisir. Merci de votre indulgence.

Cliquez doucement et tendrement sur l’image

Diaporama Voeux 2010

 

Les vœux, c’est merveilleux… 

C’est un bon moyen de rappeler à ses amis qu’on ne les a pas complètement oubliés, ou d’en célébrer de nouveaux

Alors ne vous en privez pas.

Inventez des cartes ou puisez dans la réserve abondante des cartes virtuelles proposées par de nombreux sites et en particulier sur l’un des plus connu

Cliquez sur le logo

logocartes.jpg

Avant on les recevait par la Poste, les vœux.

Maintenant on n’a pas le temps, on n’a plus le temps. Et pourtant… Le temps appartient à celui qui le prend…

On les lisait, on les laissaient parfois à la vue. Les américains ont en font des guirlandes qu’ils accrochent à leurs murs pour décorer leur salon pour Noel

Ensuite on les rangeait dans des coffrets souvenirs.

Cliquez sur mon coffret …                              

Coffret souvenirs, mes cartes de voeux
Album : Coffret souvenirs, mes cartes de voeux

31 images
Voir l'album

Et sur ma carte à votre intention. 

macarte2.jpg

Bon Réveillon à tous et à l’année prochaine

0231dec.gif

Publié dans 2009, Actualité, Boire ou conduire, Cartes, La Poste, Réveillon, Voeux | 6 Commentaires »

Noël en Chine – Le plein des églises et le chic de la jeunesse

Posté par ENO filles le 18 décembre 2009

image du jour

La Chine au secours de l’Eglise Catholique 

titre

Autrefois, c’étaient des Chinois catholiques qui passaient Noël et le réveillon plutôt dans les églises et en famille. Et au fur et à mesure de l’ouverture sur l’extérieur, la fête de Noël devient un mode de vie dans de grandes villes ou régions côtières ; de plus en plus nombreux sont ceux de la jeune génération célèbrent cette fête à différentes manières. Il n’y a pas de congé au Jour de Noël.
Prenons par exemple une enquête effectuée par Sina, media officieux auprès des citadins dans trois municipalités: Beijing, Shanghai et Guangzhou (Canton).
Dans Beijing, capitale.Traditionnellement, une grande messe sous l’égide de l’évêque Fu Tieshan se tient au soir de Réveillon dans l’Eglise Nantang situé près de la porte Xuanwu au sud du Carrefour Xidan sur le grand Boulevard Chang’an.
« Cette année, la neige chutée pendant 6 jours consécutifs, record depuis 128 ans, embellit le paysage de la ville, aussi la Fête de Noël. Les enfants jouent à la construction des bonshommes en neige. Et depuis 1998, dès la-mi décembre, de grands magasins dans la fameuse rue Wangfujing et à Xidan en particulier ainsi que des hôtels et restaurants sont décorés en fêtes avec de nombreux arbres de Noël en guirlandes lumineuses. Dans des boutiques de marque ou de luxe, vendeurs et vendeuses coquets en bonnet du père Noël ne cessent de battre des mains devant l’entrée pour attirer plus de clients.

 

Noël fête de l’Amour  

Chose amusante, un nombre croissant de cols blancs et d’étudiants prennent cette journée comme « la 2eme  fête valentine ». En profitant de l’occasion, des amoureux peuvent se réunir en soirée soit dans des bars dont ceux de la rue de Sanlitun occidentalisée, soit aux salons de karaoké soit dans des rencontres qui deviennent quelquefois une « assemblée des fumeurs » comme le disait l’écrivain Qian Zhongshu qui avait fait ses études en France.

Noël, nuit de la Paix

67,2% des étudiants choisissent de passer la « nuit de la paix » dans les salles d’études personnelles comme d’habitude de leur campus. Et ceux du milieu culturel pour la plupart préfèrent de rester avec des amis en soirée bavardes dans leurs simples chambres ou appartements pourtant de décorations extravagantes. 50% des interrogés estiment de façon repoussée qu’il s’agit là d’une « fête hypo-colonisée »; ils vivent paisiblement à la façon ordinaire ancrée dans la tradition fortement nationale… »

Noël fête commerciale 

02fetecommerciale.jpg 

02bfetecommerciale.jpg

Une visite dans l’atelier du Père-Noël?

Les Chinois connaissent bien Noël…puisqu’ils fabriquent 75 % des jouets vendus en Occident et 80 % des sapins artificiels…

Opinion « Et oui, le Père Noël est Chinois »

inflatablesanta.jpg« Si vous n’y croyez pas, vous allez y croire. Après les t-shirts, les jouets, les manteaux, la vaisselle ou les flûtes à bec, voici désormais le Père Noël made in China. Vérifiez en dessous de votre sapin en plastique: made in China. En dessous de votre petit soulier: made in China. En dessous de vos cadeaux: made in China…. » lire la suite en cliquant sur le texte

Mais aussi, Noël fête religieuse  et invitation à la tolérance

Seuls les grands magasins et les églises se préparent pour la fête de Noël à Shanghai en ce début de mois de décembre. Ce sapin-Père Noël évoque subtilement la statut du Bouddha

02sapinenchine.jpg

Un commentaire de TINTIN  Je trouve cela très intelligent de la part de cette gérante d’hôtel, qui de par sa profession accueille le « laowai » ( qui pour un chinois est synonyme de richesse) en lui offrant l’objet occidental qu’est la crèche, sans renier sa culture et ses croyances religieuses dans la statue du Bouddha.
Ainsi 2 cultures se rencontrent  » silencieusement » pour le meilleur rapprochement entre 2 cultures et 2 religions. les symboles et objets ont du bon parfois pour dire que « tout est possible dans la tolérance et le respect de chacun ». 

Mais les croyants augmentent, et les jeunes célèbrent à leur manière cette fête occidentale.

« Les bancs ne suffiront pas, nous accueillerons plus de deux mille fidèles dans notre paroisse».

Pour ce responsable de la petite église Qingxin, près de Lujiaobang road, au centre de Shanghai, il est nécessaire de bien préparer à l’avance les messes de Noël, les 24 et 25 décembre : trouver de nouvelles chaises, préparer les trois salles de prières qui seront ouvertes pour l’occasion.

Car les églises s’attendent à faire combles, « tous les ans, nous baptisons 200 à 300 adultes dans notre petite paroisse. Sur tout Shanghai, le nombre de fidèles croit fortement d’année en année, ce qui n’est pas le cas des églises, insuffisantes », ajoute-t-il.

Actuellement, seulement 2% de la population serait chrétienne selon les statistiques officielles, le double selon les églises locales.

Noël, symbole de la naissance du petit d’Homme, un cadeau de la nature 

Une réflexion que je partage, de Michel Van den Berghe  

« Noël en Chine est une bien jolie fête respectable et surtout un symbole sympathique à la gloire de la nativité du petit d’Homme (petit Jésus dans sa crèche en étant l’archétype) qui nous rappelle chaque année au cœur de la nuit la plus profonde, ce magnifique cadeau que Dame Nature a fait à notre Humanité. Tout le reste est du domaine de la Foi, et le Bouddha près de la crèche… de garder son doux sourire dubitatif… » 

Noël, fête carnavalesque à l’occidentale

Hormis ces croyants, Noël ne représente pas grand-chose pour la plupart des Chinois qui ne le célèbrent pas. Seuls les étudiants défilent dans les rues avec des chapeaux en forme de lapins ou d’autres animaux étranges, envoient des cartes et offrent des petits cadeaux à leurs amis, « cela fait chic et on a l’impression d’être occidental ainsi », se rappelle Li Mian, qui a quitté l’université de Shanghai depuis quelques années, et qui ne fête plus Noël, « cela n’a aucun sens culturel pour moi ».

Certains Chinois rejoignent leurs amis étrangers dans des restaurants prestigieux pour des soirées de charité ou de divertissement, autour de repas occidentaux et chinois. Tandis que d’autres mêlent parfois les croyances locales au christianisme.

Dans une petite rue près de People square, dont le quartier est celui qui compte le plus de décorations de Noël, la réceptionniste d’un petit hôtel a apposé un Bouddha et une crèche côte à côte, simple bon sens, « les étrangers sont riches et chrétiens. Croire en Jésus doit donc apporter de l’argent. » signé Anne BRETAGNE, par notre partenaire Comme à la Maison, le magazine des francophones de Shanghai


Noël Insolite 

Le Père Noël fait des cadeaux aux requins dans un aquarium géant

clique sur l’image 03leperenoeldonnemangerauxrequins.jpg

Retrouve aussi ici Noël dans le Monde 

Noël dans la plus pure tradition

La Finlande : une destination lumineuse

Les Etats-Unis : un pays au plus près de l’esprit de Noël

Voir mes précédents articles

 Cliquez ici et   Retrouvez Noël sur le blog

Et des tas d’autres histoires et bricolages sur Têtes à modeler

              Retour à l’accueil iciNoël en Chine - Le plein des églises et le chic de la jeunesse dans 18 decembre ynoel17

Publié dans 18 decembre, 2009, Actualité, Avent, chrétiens en Chine, Eglises chinoises, Fêtes, Lettre, Noël | Pas de Commentaires »

 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan