• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • juillet 2022
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />
  • Accueil
  • > Recherche : bon printemps

Résultats de votre recherche

Rencontres 2011

Posté par ENO filles le 11 décembre 2010

Rencontres 2011- Retour à Sète

SETE 2011

lelazaret2007.jpg

Bonjour les filles , ce message concerne en particulier les personnes absentes aux précédentes rencontres, qui n’auraient pas reçu le courrier de Josette.

Deux camarades nouvelles ont l’intention d’y participer.

* Evelyne Caillat, promo 57

* Christiane Muller-Terzi, promo 61

Voici quelques premières précisions

* Les dates

Le SEJOUR se déroulera à nouveau au Centre du LAZARET à SETE

du LUNDI 16 au JEUDI 19 MAI 2011: un jour de plus à s’amuser ensemble.

* Coût du sejour: 152€

Il y a un acompte à verser avant le 1er aout de 50€

(à vérifier avec Josette- pour celles qui n’ont pas encore versé cet acompte)

Rassurez-vous, il y a une assurance annulation

Pour avoir les coordonnées de Josette Pastor-Ricbourg, écrire votre message ici

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :

 

 

Vous serez mises en rapport avec Josette.

Un peu plus sur le site

Lazaret centre de vacances sète. village vacances, lieu reunion et …

LE LIEU: Centre de vacances et lieu de réunion “LE LAZARET”

Sète- Méditerranée: Site officiel de la ville de Sète

Adresse et coordonnées:

Le LAZARET – La Corniche 34200 SETE
Tel : 04 67 53 22 47 – Fax : 04 67 53 36 1 

Précédents articles sur les rencontres de Sète: cliquez sur les liens ci-après *RENCONTRES 2006 – SèteLes Rendez-vous de Sète au Lazaret14 juin 206 Une poignée de retraitées traversent la France*RENCONTRES 2007 -  Sète – voir Volet 5du mardi  12 au jeudi 15 juin Rencontres annuelles de Printemps

15 août 2007 Perdu(e)s de vue 

Le grand rendez-vous de Sète raconté par Fabienne

24 septembre 2007 Des nouvelles des Anciennes

de Jeannine Delort, un dur combat pour la vie

*RENCONTRES 2008 – Sète – voir Volet 5

21 avril 2008 Loupian et la Villa Gallo-Romaine des Près Bas

avec plusieurs Albums de la rencontre

8 mai 2008 La ville de Sète avec Album

24 juin 2008 Rencontre 2008 – Des photos

Album: Lundi 16 juin, première journée
Les retrouvailles -Le musée -La plage -Soirée vidéo dans la chambre
Album: Mardi 17 juin
La pluie est au rendez-vous- Préparation des rencontres 2009
Après-midi à Sète sous un soleil timide
Album: Merci Fabienne pour ces nouvelles photos

Publié dans | Pas de Commentaires »

31 octobre 2010 Bye bye heure d’été on retire 1h

Posté par ENO filles le 30 octobre 2010

animation2.gif

emoticone Cette nuit, on passe à l’heure d’hiver. Pour ou contre? 

Ce week-end, dans la nuit de samedi 30 au dimanche 31 octobre 2010, à 3h du matin, il faudra retarder pendule, montres, téléphones, portables, etc…. d’une heure. Il sera donc 2h du matin.

Se lever plus tôt, ou dormir… Profitons-en !!! 

Restons positifs… Nous nous lèverons une heure plus tard!

Dans deux mois ce sera Noël, ses sapins, ses guirlandes, la neige pour certains, les cadeaux, les étrennes du Jour de l’An..

que du Bonheur!

A noter que le passage à l’heure d’hiver  existe depuis 1998 (date harmonisation avec l’Union Européenne) et s’effectue le dernier dimanche d’octobre.

Explications

« Heure d’été »

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

L’heure d’été est un système utilisé par un grand nombre de pays de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud consistant à ajuster l’heure locale officielle, en ajoutant généralement une heure par rapport au fuseau horaire pour une période allant du printemps jusqu’à la fin de l’été ou le début de l’automne, ce qui a pour effet de repousser l’heure à laquelle on voit le soleil se lever et se coucher.

L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre afin de profiter plus tard de la lumière solaire pendant la période estivale.

Cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission européenne qui parle d’économies relativement limitées.

D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales.  Cette mesure est principalement utilisée dans les régions tempérées, où les variations saisonnières de luminosité rendent la mesure pertinente. Pour l’Europe (sauf en Islande), la période s’étend par décret du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre. 

Chaque pays est libre de suivre ou non ce changement (si oui, par contre il doit le faire à la date fixée) et de choisir comme heure d’hiver une heure calée sur le méridien de son fuseau horaire comme la Grande-Bretagne ou le Portugal ou de la décaler d’une heure comme la France.

Pour l’Amérique du Nord, et à partir de 2007, cette période estivale débute dans la nuit du deuxième dimanche de mars, tandis que le retour à l’heure normale se fait le premier dimanche de novembre.

Lors du passage à l’heure d’été, à 1 heure en temps universel coordonné (UTC), soit à 2 heures du matin en heure européenne d’hiver (1 heure en Grande-Bretagne et au Portugal, 3 heures en Europe de l’Est), les montres sont avancées de soixante minutes, de sorte qu’il est couramment dit qu’« une heure de sommeil est perdue ».

Lors du passage à l’heure d’hiver, à 1 heure en temps universel, soit à 3 heures du matin en heure européenne d’été (2 heures en Grande-Bretagne et au Portugal, 4 heures en Europe de l’Est), les montres sont retardées de soixante minutes et « une heure de sommeil est gagnée ». 

Autre source:

Le Post  »Dimanche tragique pour la France…«  

Précédents articles

Volet 5 – 26 octobre 2008   Aujourd’hui, changement d’heure… Dans quel sens les aiguilles?

cliquez sur le réveil

montre1.jpg

Volet 7 – 27 mars 2010 Heure d’été Attention ! Demain, changement d’heure  

cliquez encore sur ce réveil

penduleminuit.gif

Publié dans 2010, Heure, saisons | Pas de Commentaires »

Une jeune fille au soleil, chapitres I & II

Posté par ENO filles le 3 octobre 2010

« Nous sommes tous les romanciers de notre vie » (Rosa Montero)

danilederschlagred.jpg

Une jeune fille au soleil

Un récit de Danièle Derschlag

 «C’était pour m’enseigner qu’il faut dès la jeunesse,

   Comme d’un usufruit, prendre sons passe-temps :

   Que pas à pas nous suit l’importune vieillesse,

   Et qu’Amour et les fleurs ne durent qu’un printemps »

Pierre de Ronsard

« Ecrire est un acte d’amour. S’il ne l’est pas, il n’est qu’écriture »

Notre camarade Danièle a décidé de se lancer dans l’aventure, une idée peut-être peu originale de nos jours penseront certains, mais généreuse et courageuse. Son but ? Non pas négocier avec ses fantômes mais laisser à ses petits-enfants le souvenir d’une grand-mère et d’une vie dans un pays qu’ils n’ont pas connu, l’Algérie. Car quand on aime quelqu’un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu’à la fin des temps. Et ce temps pour nous, c’est le temps de la moisson. Il nous est désormais compté.

Danièle n’a aucune prétention littéraire, et moi pas davantage, mais elle a accédé à ma demande de publier ici une partie de sa saga familiale, celle où nous nous retrouverons toutes un peu.

Nous y retrouverons le « Oran » de notre jeunesse, notre jeunesse joyeuse perturbée par les événements. Car la jeunesse n’est  pas une période de la vie, elle est un privilège, un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

Et surtout nous retournerons cinquante ans en arrière en ce lieu qui nous a toutes vues vivre. Quelques-unes de ces années qui comptent dans une existence, où on nous demande de nous dépasser et où l’on croit toujours que l’on n’est pas reconnu : le passage de l’adolescence à l’âge adulte, de l’insouciance à la responsabilité,le dernier bouton d’acné. Boris Vian écrivait : « On n’oublie rien de ce qu’on veut oublier : c’est le reste qu’on oublie »

C’est sa mémoire de l’école normale  que je vous offre aujourd’hui, une mémoire vive et intacte. 

Donc je vous propose juste de fermer vos yeux  et de vous replonger dans le film de cette période bénie pour certaines et détestée pour d’autres… je ne dirai pas qui, vous l’avez compris. Je sais, ce n’est pas très aisé pour lire, alors prenez juste le temps d’oublier où vous êtes et qui vous êtes devenues et lisez…

Chapitre 1

Le cours complémentaire

(ndlr: Beaucoup d’entre nous l’ont fréquenté)

La petite fille de la Fontaine des Gazelles a grandi et se voit obligée de quitter son paradis. Par bonheur, elle y revient pour les week-ends et les vacances. Les études au Cours Complémentaire d’Arzew qu’elle fréquentait jusque-là s’arrêtaient à la troisième. La majorité des filles abandonnait ses études après le brevet. Ce n’était pas mon cas. Depuis ma plus tendre enfance je désirais être institutrice. Aussi me fallait-il présenter les deux parties de baccalauréat. De plus j’aimais les études et il n’était pas question de les arrêter à 16 ans. Or si l’on désirait poursuivre ses études après le brevet, il fallait aller au collège à Oran.

Extrait d’un petit diaporama sur Arzew trouvé sur le WEB.

imageduppsarzew.jpg

(Pour le visionner en entier allez sur Baffzar puis Cliquez sur imagelecturepps.jpg)

Une année avant l’Ecole Normale

1956-1957 L’année Collège à Oran

ddclassedeseconderajoutnomsred.jpg

photo corrigée par Jeannine

Oran et le Collège Moderne de Jeunes Filles
Album : Oran et le Collège Moderne de Jeunes Filles

16 images
Voir l'album
    Oran était une belle ville vivante et animée de 400.000 habitants. Il n’était toujours  question que d’Alger la blanche et cependant, Oran, la deuxième ville d’Algérie pouvait rivaliser sans honte avec la capitale.

Cette ville était avant tout un port de commerce et de voyageurs abrité par la montagne de Santa-Cruz sur laquelle étaient construits un fort espagnol et une chapelle. La statue de Notre-Dame de Santa-Cruz a été rapatriée comme beaucoup d’entre nous et se trouve actuellement à Nîmes où se déroule chaque année un pèlerinage.

Deux boulevards perpendiculaires constituaient le cœur de la ville : le boulevard Séguin et la rue d’Arzew.

Au début du boulevard Seguin, la place d’Armes était entourée par le théâtre, très imposant et la mairie. Mais le plus beau boulevard était sans conteste le boulevard du Front de Mer, bordé d’immeubles élégants et qui surplombaient la mer. Aux terrasses des cafés étaient attablés des consommateurs buvant une anisette laiteuse bien frappée et dégustant une Kémia relevée chère aux Oranais. Des jeunes filles aux robes de couleurs vives « faisaient le boulevard » lançant des œillades aux garçons qu’elles croisaient, le fait de déambuler à plusieurs les rendant plus hardies.

Derrière l’opéra se trouvait le quarter juif, quartier commerçant et animé. Oran possédait de nombreux quartiers populaires car l’Algérie de l’époque était peuplée de beaucoup de petites gens : Gambetta, Saint-Eugène, avec la Calère, les Planteurs que l’on devait traverser pour monter à Santa-Cruz et le village arabe nommé le Village Nègre. 

Je passais une année merveilleuse à Oran. Je fréquentais le Collège Moderne de Jeunes Filles qui se trouvait au début du boulevard du Front-de-Mer. C’était un très beau bâtiment à trois étages, tout neuf. Les classes étaient spacieuses et claires. D’ailleurs sa façade s’ornait d’une multitude de fenêtres. Notre classe de seconde regroupait toutes les élèves des cours complémentaires des petites villes environnantes. Notre section était « Moderne prime », c’est-à-dire une seule langue mais physique et chimie à la place de la seconde langue.

Le niveau de la classe était bon, la compétition était rude mais nous étions en tête des quatre secondes.

Ce qui prouve bien que l’enseignement que nous avions reçu dans nos cours complémentaires était excellent. Ce bâtiment me paraissait immense et bien impersonnel, les premiers jours, en comparaison de mon cher cours complémentaire. Nous avions notamment cours de géographie en fin d’après-midi après deux heures d’Education Physique. La salle de géographie se trouvait au second étage. Ayant perdu un peu de temps pour changer de tenue et m’étant égarée dans les couloirs, j’arrivai nettement en retard au premier cours, toute dépenaillée, essuyant les sarcasmes du professeur et les rires en coin de mes camarades. Mais j’oubliai vite ces déboires mineurs et je m’acclimatai rapidement.

Comme il n’y avait pas suffisamment de place à l’internat, mes parents m’avaient loué une chambre à la Protection de la Jeune Fille située place des Victoires, non loin du collège. Je prenais mes repas de midi au collège, mais ceux du soir ainsi que le petit-déjeuner à la Protection.

En sortant du collège à seize heures ou dix-sept heures j’adorais m’arrêter acheter un beignet.  En effet au début des arcades était installé un marchand. Il vous coupait un morceau dans un grand beignet roulé en colimaçon. Il le saupoudrait de sucre et vous le tendait dans du papier blanc. Le papier devenait vite huileux, les commissures des lèvres étaient poisseuses de sucre et pourtant ! Quel régal de déguster ce morceau de beignet tout chaud !

Je me plaisais beaucoup à la Protection. Le samedi après-midi, comme nous n’avions pas classe, je faisais le ménage de ma chambre. Je prenais un bon bain puis je me rendais à Arzew en car. Je retrouvais chaque fois un ami d’enfance, Marc qui était resté pendant longtemps mon meilleur ami et confident. Le trajet nous paraissait court bien que le car s’arrêtât dans tous les petits villages entre Oran et Arzew : nous ne cessions de bavarder.

Nous nous retrouvions de nouveau le lundi matin au car de 6h30 pour retourner passer la semaine à Oran. Lorsque j’arrivais le samedi après-midi, je m’arrêtais chez mes grands-parents où m’attendait un copieux goûter. Il m’arrivait même de faire un repas car ma grand-mère me gardait les plats que j’aimais particulièrement… et me les faisait réchauffer. Je leur racontais ma semaine, je leur indiquais mes notes et ils étaient heureux de voir que je réussissais parfaitement mon année. Je conservais l’habitude de beaucoup travailler comme je l’avais fait les années précédentes. Néanmoins j’arrivais parfaitement à allier travail et distractions. Je m’étais abonnée au C.R.A.D. et j’ai pu ainsi assister à des représentations de pièces de Molière, Shakespeare, Victor Hugo. J’assistais aussi aux concerts J.M.F. 

Je suis allée une ou deux fois à des surprises-parties mais comme elles étaient nettement moins innocentes que celles d’Arzew, je déclinais les invitations.

Lorsque je regarde la photo de cette année-là, je m’aperçois que nous étions quarante. L’ambiance de la classe était très bonne et nous étions particulièrement un groupe de dix qui nous entendions parfaitement. Après le repas pris à la cantine, nous passions la récréation dans la cour sur le rebord du trottoir qui l’entourait. Nous nous racontions des histoires. Certaines étaient fiancées et nous parlaient de leurs premiers émois. Que de fous-rires n’avons-nous pas pris ! Les jours de pluie, qui étaient heureusement rares, nous étions obligées d’aller en permanence.

Un jour, afin d’échapper à la surveillante, nous nous sommes réfugiées à dix dans les cabinets du troisième étage poursuivies pas elle. Mais alors que nous étions entassées tant bien que mal dans un cabinet, l’une d’entre nous a eu l’idée géniale de tirer la chasse. La surveillante a entendu et nous a repérées. Nous sommes sorties trempées mais riant aux éclats.

Nous allions souvent toutes ensemble au cinéma l’après-midi mais le bruit que nous faisions éloignait de nous les autres spectateurs.

Cette année là je fus demoiselle d’honneur au mariage de ma cousine Ma mère m’avait confectionné une robe longue en plumetis vert et toutes mes amies sont venues me voir à la sortie de l’église

Nous avions une très bonne équipe de professeurs sauf en physique-chimie. Elle avait beaucoup de mal à se faire respecter surtout lors des séances de travaux pratiques. Comme j’aimais beaucoup les Sciences Naturelles, je laissais mes camarades un peu avant l’heure pour rejoindre le professeur au labo. Je l’aidais à préparer des coupes faites dans la moelle de sureau, ces coupes devant être ensuite examinées au microscope. Je travaillais très bien puisque je terminais l’année avec le prix d’excellence.

Ayant toujours voulu être institutrice, j’avais présenté le concours d’entrée à l’Ecole Normale à la fin de la troisième. J’avais été reçue sur la liste supplémentaire et je n’avais pas été prise. J’avais encore la possibilité de présenter le concours à la fin de la seconde et j’avais promis à mes parents de le faire. Mais un soir, l’orage éclate à la maison. Mon père me dit :

-« Danièle, n’est-il pas temps de te procurer les papiers à remplir pour présenter le concours d’entrée à l’Ecole Normale ?

- Papa, j’ai décidé de ne pas me présenter cette année !

- Comment ! Tu ne veux plus être institutrice ?

- Mais si, je veux toujours l’être. Mais je peux très bien rester au collège, passer mes deux bacs et me présenter à l’Ecole Normale pour faire la quatrième année, l’année de formation professionnelle. Tu sais, je me plais tellement au collège et j’apprécie cette liberté !

-Justement, moi je ne l’apprécie pas du tout ! Intervint mon père furieux.

- Pourquoi ? Tu ne me fais pas confiance ?

- Là n’est pas la question. Avec tous ces événements, je serais beaucoup plus rassuré si tu étais pensionnaire.

- Mais je travaille bien et il n’est pas question que je refasse une seconde à l’Ecole Normale, je vais m’ennuyer.

- Qu’est-ce qu’une année dans une vie ? Une fois entrée à l’Ecole Normale, tu es assurée d’être institutrice et quand on veut exercer un métier, il faut rentrer par la grande porte. Je tiens absolument à ce que tu présentes le concours cette année !

- Je te préviens, je ne veux surtout pas refaire une seconde !

Après quelques renseignements, nous apprenons que toutes les élèves reçues dans les dix premières et ayant déjà effectué une Seconde dans un autre établissement pouvaient sauter la première année d’Ecole Normale qui correspondait à la seconde des Lycées et Collèges. Je fus reçue troisième et passai directement en deuxième année. En ce temps-là, il n’était pas question de discuter les décisions des parents.

Et  c’est ainsi qu’ en 1957  notre amie a rejoint en 1ère la promo 1956.

Regardez bien. Vous y verrez quelquefois notre héroïne

imageppspromo56.jpg

 La promo 56 – Scènes de la Vie quotidienne regardez.gif

Publié dans ENO, Souvenirs, Une jeune fille au soleil | 7 Commentaires »

Mots d’enfants

Posté par ENO filles le 28 septembre 2010

lamatressealagrevered.jpg

Bien sûr nous en connaissons tous beaucoup mais c’est toujours un plaisir de les retrouver 

Participation de Jeannine -il n’y a pas que Clara et Julia-

Cassandre 5 ans ??? déjà vu

Ma maîtresse est malade, elle a la grève…

 (sans commentaire ce serait trop facile)

Toujours d’actualité… 

Baptiste 3 ans – la Rentrée

*Baptiste fait une bise à sa maîtresse et lui dit : ‘C’était bien

aujourd’hui, alors je reviendrai te voir demain…’

Ce n’est pas l’avis de Clara et de Julia …

*Baptiste qui doit retourner à l’école l’après-midi pour la sieste, se met a  pleurer à grosses larmes :

« Je ne veux pas dormir à l’école, je veux bien apprendre à dessiner et à écrire, mais je n’ai pas besoin d’apprendre à dormir….je sais déjà !!!’

Les enfants ont une logique absolue… 

Benoît 4 ans – La rentrée

« J’ai une maîtresse toute neuve à l’école, elle s’appelle Sophie! » 

 Allez savoir les gosses ont peut-être obtenu une reprise sur la vieille comme pour l’électroménager…  J’ai eu aussi droit à ce type de réflexion… 

Alexis 7 ans – Conjugaison

Révisant le présent, le futur et le passé, une maman demande à son fils:

« Demain il neigera, c’est quel temps »

Réponse: « C’est l’hiver ! »

C’est plus marrant comme ça la conjugaison…

Sibylle 4 ans

Sibylle écoute la leçon de grammaire que sa maman fait réciter à sa grande

sœur. Maman interroge:

« Que met-on à la fin d’une phrase exclamative ? Un point, un point…?? »

Et Sibylle sans lever le nez de son jeu répond: « un point.fr ! »

 ah !!! Le miracle d’internet…

Leçon de Français dans ma classe de CM2 en 1970 

« Quel est le contraire de monotone ?

Réponse : « Mon printemps »

Louis 4 ans – Cantine

La maman :

‘Qu’as-tu mangé à la cantine ce midi ?’

‘Des carottes râpées…de la viande…’

‘Et avec quoi ?’ ‘Ben….ma fourchette !’

Véridique… Encore plus fort que Julia. Après les raviolis… Franchement les parents des fois ils ont de ces questions… 

Juliette 6 ans – Géométrie

 « Un triangle, c’est un carré pointu ! »

 Et toc, même que personne ne l’avait remarqué mais Juliette si… 

En Moyenne section à l’ecole maternelle du Mourillon, à Toulon

« Un losange c’est un carré sur la pointe » 

Sacha 5 ans – Activités

 « Qu’as-tu fait à l’école ce matin Sacha ? »

- du coloriage, du gomettage, du dessinage et du … bavardage !

Natacha 3 ans – Rentrée

Natacha, 1ère année maternelle, 2ème jour, avant de partir pour l’école….

« Maman!!! »maman!!! dépêche-toi, sinon il n’y aura plus de place!!! »

Ne t’inquiète pas ils t’en trouveront toujours une, crois moi ! 

Stevens 5 ans - Les punitions

« Le métier de ma maîtresse, c’est punir les enfants »

Marc 8 ans Un jour Marc a dit :

 « Moi quand je serai grand, je serai architecte et je construirai des écoles rondes.

Parce que comme ça les maîtres, ils ne pourront plus mettre les enfants au coin »

C’est vrai ça… j’ai eu une école aux classes rondes à l’Ecole Maternelle du Petit-Brouage de la Rochelle 

Louise 6 ansQui aime l’école

- « Tu aimes bien aller à l’école ? 

- Oui et aussi en repartir, c’est ce qu’il y a entre les deux que je n’aime pas trop »

Clara est bien de son avis… 

Matéo 3 ans – Romantique

 La maîtresse demande à Matéo

-« Et tu t’appelles Matéo comment ? »

et Matéo de répondre

-Matéo d’amour ! »

Quel tombeur !… 

Safwan 3 ans - Performances

Papy demande à Safwan s’il est le premier à l’école. « Oui papy, le premier à sortir »

C’est vrai quoi, on doit être performant dans tous les domaines

Louve 6 ans – Poésie

«  Tu sais maman, les livres, c’est là où on range les rêves. »

… ma préférée et sans doute la plus poétique

Et toujours dans ma section de petits :

Emilie 3 ans, dans ma classe  

Emilie arrive un matin à l’école aphone.

Elle est très inquiète de ne plus s’entendre parler. Sa maman pour la rassurer lui dit : « tu as un chat dans la gorge »

Le lendemain matin la fillette a retrouvé sa voix. Mais là l’inquiétude se transforme en effroi :

« Maîtresse, j’ai avalé le chat »

On ne se méfie jamais assez… 

Chez les plus grands aussi il y a de jolies perles 

Ma fille 5ans est au CP.

Elle ramène fièrement son cahier du jour où dominent les TB et les « 0 faute » en dictée.

Je regarde attentivement et je trouve une ou deux fautes oubliées.

« -Ta maîtresse n’a pas vu les fautes »

Réponse de Laurence : « - Et pourtant, elle a des lunettes »… évident… 

Dans la classe de 6e de mon fils, la prof de Sciences demande :

« Citez-moi des invertébrés »

L’un de ses camarades lève le doigt et  répond sans hésitation :

« La fleur »

Et encore Julia, 3 ans

Julia regarde le film Wall-E en boucle et tout à coup elle entend le capitaine demander à Wall-E: « Est-ce que les pizzas ça pousse aussi sur la Terre? »

Julia fait un bond et s’écrie : « Mais non! les pizzas ça pousse sur les camions »…

A vous maintenant!!!

Publié dans Enfants, Epiphanie, Humour, Langue Française, Mots | Pas de Commentaires »

Rencontres 2011- Retour à Sète

Posté par ENO filles le 31 juillet 2010

lelazaret2007.jpg

SETE 2011

Bonjour les filles , ce message concerne en particulier les personnes absentes aux précédentes rencontres, qui n’auraient pas reçu le courrier de Josette.

Deux camarades nouvelles ont l’intention d’y participer.

* Evelyne Caillat, promo 57

* Christiane Muller-Terzi, promo 61

Voici quelques premières précisions

* Les dates

Le SEJOUR se déroulera à nouveau au Centre du LAZARET à SETE

du LUNDI 16 au JEUDI 19 MAI 2011: un jour de plus à s’amuser ensemble.

* Coût du sejour: 152€

Il y a un acompte à verser avant le 1er aout de 50€

(à vérifier avec Josette- pour celles qui n’ont pas encore versé cet acompte)

Rassurez-vous, il y a une assurance annulation

Pour avoir les coordonnées de Josette Pastor-Ricbourg, écrire votre message ici

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Vous serez mises en rapport avec Josette.

Un peu plus sur le site

Lazaret centre de vacances sète. village vacances, lieu reunion et

LE LIEU: Centre de vacances et lieu de réunion “LE LAZARET”

Sète- Méditerranée: Site officiel de la ville de Sète

Adresse et coordonnées:

Le LAZARET – La Corniche 34200 SETE
Tel : 04 67 53 22 47 – Fax : 04 67 53 36 1 

Précédents articles sur les rencontres de Sète: cliquez sur les liens ci-après *RENCONTRES 2006 – SèteLes Rendez-vous de Sète au Lazaret14 juin 206 Une poignée de retraitées traversent la France*RENCONTRES 2007 -  Sète – voir Volet 5

du mardi  12 au jeudi 15 juin Rencontres annuelles de Printemps

15 août 2007 Perdu(e)s de vue 

Le grand rendez-vous de Sète raconté par Fabienne

24 septembre 2007 Des nouvelles des Anciennes

de Jeannine Delort, un dur combat pour la vie

*RENCONTRES 2008 – Sète – voir Volet 5

21 avril 2008 Loupian et la Villa Gallo-Romaine des Près Bas

avec plusieurs Albums de la rencontre

8 mai 2008 La ville de Sète avec Album

24 juin 2008 Rencontre 2008 – Des photos

Album: Lundi 16 juin, première journée
Les retrouvailles -Le musée -La plage -Soirée vidéo dans la chambre
Album: Mardi 17 juin
La pluie est au rendez-vous- Préparation des rencontres 2009
Après-midi à Sète sous un soleil timide
Album: Merci Fabienne pour ces nouvelles photos

Publié dans ENO, Rencontres 2011 | Pas de Commentaires »

Quand revient le « moi » de mai

Posté par ENO filles le 30 mai 2010

carte.jpg

Quand revient le mois de Mai, 

Le mois de toutes les solennités, 

Celui où la nature renaît, 

Mon cœur se reprend à espérer

C’est mon mois préféré 

Le mois où je suis née. 

Mais il n’est pas que cela. 

Le 1er est symbole de liberté

Et le muguet éclot dans les fourrés. 

                                                         

Le 8, mes parents se sont épousés. 

Par temps de guerre, pour mon père, 

Un anneau de rideau a fait l’affaire. 

Plus tard, pour commencer la journée 

Mon premier petit fils est né. 

Un an après moi 

Le 13 a vu naître Jeannine, 

Au regard d’aigue-marine, 

Née dans le même pays, 

Sans savoir qu’un jour nous serions 

A jamais des amies. 

Et elle est là ici pour fêter avec moi 

Mes anciens et mes futurs printemps 

Et le temps qui passe 

Et nullement ne se lasse, 

De voir naître et partir 

Tous ces êtres, qui ne savent jamais 

Ni pourquoi ils sont nés 

Ni quand cela va s’arrêter. 

Mais pour moi, la relève est assurée. 

Deux générations 

Assurent cette mission. 

Et pour terminer ce mois béni, 

Symbole de la vie repartie, 

En ce dernier dimanche de Mai 

Ma pensée est associée  à toutes les fêtes passées 

Qu’à ma mère j’ai souhaitées.

Bonne Fête Maman

Et sois heureuse là où tu es.

Bonne fête aussi à toutes les mamans!

03alice2.jpg

  

                                              Paule, 30 mai 2010 

Publié dans 2010, Fete des meres, Fêtes | 4 Commentaires »

Sourire de Pâques

Posté par ENO filles le 3 avril 2010

LES CHOCOLATS DE PAQUES

Bien avant que Pâques ne devienne la plus important des fêtes chrétiennes, le printemps symbole du renouveau et de la fin des longues et froides journées d’hiver, était toujours fêté par tous les peuples et à travers les siècles.

Cette tradition continue d’exister. La religion comme toujours cède souvent la place au plaisir et à la fête:  Fête des enfants par excellence après Noël et Fête du chocolat.

A la Villa Florian, les cloches ne sont pas avares. La preuve Papy, je te l’avais promise dans mon dernier commentaire. La voici.

 Cliquez sur l’image

mainverslebas.gif

titre.jpg

L’OEUF DE PAQUES est le plus connu des symboles de cette fête mais bien d’autres y sont associés.

Ce sont les cloches venues de Rome qui justement déposent ces oeufs un peu partout après ce si long voyage.

Et qui ne connait aussi le lapin de Pâques? Mais qui connait son origine? On le doit à une ancienne culture orientale mais à l’époque il s’agissait plutôt d’un lièvre. Pourquoi un lapin? Peut-être cet animal prolifique est-il tout simplement signe d’abondance.

Et comme nous sommes à la fin du Carême, ceci expliquerait cela.

C’est l’Allemagne qui associa pour la première fois le lapin et les oeufs. Les enfants fabriquaient des nids de feuilles tendres et de mousse qu’ils disséminaient dans le jardin en espérant que pendant la nuit le lapin les remplirait d’oeufs multicolores.

Les allemands offrent des oeufs emballés dans des boites en forme d’oeufs, ai-je lu quelque part.

Au Texas, un autre symbole, les feux de Pâques. Chacun  pense même que ce fameux lapin fait brûler les fleurs sauvages pour en  obtenir la teinture qui leur sert à peindre les oeufs.

Mais l’oeuf est surtout le symbole de la naissance et de la renaissance de la vie.

Au Royaume-Uni et en Hollande les enfants font la chasse aux oeufs auprès des habitants comme pour les bonbons à Halloween. Cette tradition existe aussi en France…

Les Russes orthodoxes font bénir leurs oeufs à l’église puis les cuisent et les mangent au repas de Pâques.

Dans beaucoup de pays on peint et on décore les oeufs.

Combien d’oeufs sont passés par mes mains et ceux de mes petits élèves!!!

On utilise diverses techniques. La plus utilisée est le tracé des dessins à la cire d’abeille comme la technique du batik, puis on trempe les oeufs dans une teinture de couleur vive

certains vont même jusqu’à les graver et les ciseler: une vraie merveille. Cliquez sur l’image

oeufsdentelle.jpg

 

En Grèce ils sont tous trempés et cuits uniformément dans une teinture rouge alimentaire. Les oeufs rouges décorent les brioches de Paques et sont mangés.

En Pologne tout l’art consiste en des lignes entrecroisées, des dessins divers, plates, pois, fleurs, animaux. Il s’agit de ne jamais trouver deux oeufs identiques.

La coutume d’offrir des cloches, des oeufs , des poules, des lapins a fait comme d’habitude le bonheur des commerçants qui rivalisent d’imagination et le bonheur des petits et des grands qui adorent retrouver toutes ces sucreries dont ils sont censés s’être privés pendant le Carême.

Certains même attribuent aux oeufs des pouvoirs magiques. Ils croient qu’en enterrant les oeufs de Pâques peints à la main au pied d’une vigne, cela la fera pousser plus rapidement. D’autres pensent que si l’oeuf reste enterré pendant cent ans, le jaune deviendra un diamant.

oranscnesdevie05941.jpg   En Algérie, le Dimanche des Rameaux, avec quelle fierté arborions-nous, pour aller à la messe, ces lourdes branches de papier chargées des oeufs les plus beaux, les plus colorés, voire les plus gros. Chocolat, caramel, oeufs en sucre ciselés…  Nous étions loin du modeste rameau d’olivier…

Dans une île du Japon le lys reconnu lui aussi comme un symbole de pureté et de sainteté  est célébré à Pâques pour fêter l’arrivée du printemps. Une légende disait que lorsque Jésus passait toutes les plantes et les animaux de la terre baissaient la tête devant lui en guise de respect. Tous sauf le lys, beaucoup trop beau et trop orgueilleux. Mais lorsque le lys vit Jésus en croix, il courba la tête pour la première fois, et on dit que depuis ce jour, le lys continue à courber la tète en guise de respect. 

CÔTE CUISINE, les gourmands ne bouderont pas…

 L’agneau ou la brebis de Pâques…

Qui dit brebis, dit religion, pureté et innocence. Il y a longtemps la brebis était aussi porteuse de chance. On pensait que le diable pouvait prendre n’importe quelle forme à l’exception de la brebis, trop pure pour être atteinte par le mal.

Le jambon de Pâques, une autre coutume gourmande…

« Il y a de cela des centaines d’années, en Angleterre on commença à manger du jambon le Dimanche de Pâques. Cette coutume est maintenant répandue à travers le monde. Le porc est un symbole de chance dans plusieurs pays. Pour souhaiter bonne chance en Allemagne on dit  » Schwein haben » Ce qui signifie « Aïe un cochon ». Les Allemands continuent de croirent que de posséder un cochon porte chance ».

Les brioches du Vendredi Saint 

Dans certains pays on cuit et on mange les brioches de Pâques marquées d’une croix sur le dessus, Ce sont les « Hot cross buns« .C’est le seul temps de l’année où l’on retrouve ce genre de brioche. Autrefois, les gens les mangeaient parce qu’ils croyaient qu’elles leur apporterait la santé tout au long de l’année. 

Nous aussi nous avions notre brioche. En Algérie, c’était la Mouna, qui ravit notre Papy qui compte… voir Cuisin’Elles. Ce dessert est maintenant connu en France, pays gourmand par excellence.

CÔTE VETEMENTS

Certains aussi arborrent des tenues parfois un peu particulières.

A Oran, il y avait les vêtements neufs..

Cette coutume associée à celle des rameaux chargés de friandises n’était pas pour me déplaire.  

« A l’origine, une des premières raisons qu’avait les gens de porter de nouveaux vêtements à Pâques était qu’ils en avaient assez des vêtements portés depuis le début de l’hiver. Les couleurs vives remplaçaient les couleurs ternes de l’hiver. Certains croyaient que de porter un nouveau vêtement la journée de Pâques, leur porterait chance tout au long de l’année » 

En Angleterre, les Morris Dancers

« Dans certaines parties de l’Angleterre, le Dimanche de Pâques on danse dans les rues, les danseurs appelés « Morris Dancers » portent des chemises blanches,une large ceinture rouge et un chapeau de paille auquel sont attachés de petites banderolles qui volent au vent quand ils dansent. Des rubans rouges et verts sont enroulés autour du genou au bas de leur pantalon noir.La traditon des « Morris dancers » qui existe depuis des centaines d’années, s’est répandue à travers plusieurs pays d’Europe, et on se dispute maintenant le droit de son origine »

En Finlande,

les sorcières de Pâques « Et oui, elles sont là aussi! En Finlande, les enfants célèbrent Pâques d’une façon bien particulière. Ils dessinent des images de sorcières sur des feuilles de papier et y ajoutent leurs voeux. C’est habillés en sorcières, que les enfants distribuent eux-mêmes les cartes à leurs amis. Des pétards explosent tout le long des rues pendant que les enfants font la distribution afin d’éloigner le mauvais sort » 

Le Paradis a toujours un Enfer!

QUELLES ACTIVITES A PAQUES?

La déco, les coloriages, les gourmandises, les histoires, des étiquettes pour les paquets

www.webotop.net/pages/etiquettes%20paques%20diddl.htm
www.fete-enfants.com/…/paques-enfants-imprimer.htm
http://petitemimine.centerblog.net/…-paques.html
http://petitemimine.p.e.pic.centerblog.net/owzo53ru.gif
http://chez.tine.free.fr/…etiquettecadeaupaques.htm
www.d-clics-disa.com/categorie-10873739.html
http://a6.idata.over-blog.com/…/etiqpaques.jpg
http://maryarts.free.fr/etikadopak.html

http://www.jedessine.com/r_1254/coloriage

RETOUR SUR MON PRECEDENT ARTICLE

6 avril Pâques 2007

 

 

Publié dans 2010, Chocolat, Diaporamas, Fêtes, Paques | 3 Commentaires »

Attention ! Demain, changement d’heure

Posté par ENO filles le 27 mars 2010

« La fantaisie est un perpétuel printemps »
[ Johann Friedr ich von Schiller ] 

Demain, dimanche 28 mars 2010 vous allez vous lever une heure plus tôt…enfin si vous le voulez… Mais lundi pas question de traîner au lit. A partir de ce jour à vous les longues soirées .

Historique du Changement d’heure 

Le changement d’heure a été instauré en France en 1975 suite au choc pétrolier de 1974 pour effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Le passage à l’heure d’été a lieu le dernier dimanche de mars (à 2 heures du matin il est 3h) et le passage à l’heure d’hiver intervient le dernier dimanche d’octobre (à 3 heures du matin il est 2h). 

cerveau2.gifBesoin d’un moyen mnémotechnique  pour se mettre sans erreur à la bonne heure?

                                                     Petit Retour sur mon précédent article du 26 octobre 2008 

mainverslebas.gif

penduleminuit.gif

Pour ou contre le changement d’heure pour cause de perturbation de notre horloge biologique… 

Mon avis

En ce qui me concerne ce changement d’heure se fait automatiquement sans doute parce que mon horloge biologique se met automatiquement à l’heure. Elle n’est aucunement perturbée. Je pense que je devais naturellement modifier mon mode de vie en fonction du changement de saison, bien avant que cela n’entre dans la législation. Depuis une quinzaine de jours déjà je me réveille une heure plus tôt avec le désir de commencer ma journée. Malgré le mauvais temps qui perdure, les oiseaux chantent à ma fenêtre, le jour se lève plus tôt, les journées s’allongent et l’air prend des odeurs nouvelles. 

Vive l’heure d’été qui nous permet de vivre plus longtemps nos journées. Et cela a toujours été pour moi, bien avant l’âge de la retraite. 

Quant à l’heure d’hiver, elle est aussi bienvenue. Dès que la nuit s’allonge, mon corps est heureux de se lever une heure plus tard. Je pense qu’en toute honnêteté chacun devrait se poser la question et cesser de clamer que ces changements d’heure antidémocratiques qui soi-disant ne reposeraient sur aucune loi, aucun décret, aucune étude sérieuse, sont contraires aux droits naturels de l’homme. En quoi le droit au sommeil qui est effectivement un  droit naturel est-il affecté ? 

En tant qu’enseignante maternelle je puis vous assurer que le premier souci à l’entrée en Petite Section Maternelle est de devoir modifier le sommeil de l’enfant dans le but de le rééquilibrer et de l’adapter à son nouveau mode de vie, à savoir se coucher plus tôt pour pouvoir se lever plus tôt et réapprendre à faire cette sacro-sainte sieste redoutée des parents et pourtant bénéfique, favorable et nécessaire au développement de son cerveau. Son entrée dans la vie sociale lui impose le choc de ces règles nouvelles: se lever plus tôt, se coucher plus tôt.

Et nous qui y sommes déjà entrés depuis longtemps, notre objectif, au temps favorable à l’écologie ne devrait-il pas aller dans le sens de l’économie d’énergie invoquée ci-dessus, non ? Bien sûr c’est sans doute peu de chose à l’heure où l’énergie est au nucléaire, mais il n’y a pas de petites économies est-il coutume de dire. 

Tous les individus ne se lèvent ni ne se couchent à la même heure pour des raisons diverses volontaires ou non, travail ou loisirs. Personne n’a de « bonne horloge biologique », personne ne mange ni ne dort chaque jour à la même heure. Tout est question d’habitude. Et il est bon de bousculer nos habitudes.  

« Nous façonnons d’abord nos habitudes, puis nos habitudes nous façonnent »

écrivait justement le poète et dramaturge anglais John Dryden. Et je termine avec l’écrivain roumain Ion Luca Caragiale 

 « Il n’est d’habitude dont on ne se déshabitue » 

Quant aux vaches, comment faisaient-elles avant que l’homme ne les attache à son service? Elles font comme leur seigneur et maître… Sinon, le fermier pourrait lui aussi ne rien changer à leurs habitudes, me semble-t-il. Il perdrait certes une heure de sommeil mais il pourrait aussi continuer de se coucher avec les poules. Ceci dit, je n’ai pas expérimenté cette situation donc ceci n’est qu’une boutade.

Et si nous devions renoncer à ce changement que choisirions nous ? 

Souhaiter rester à l’heure d’été serait une erreur, car nous aurions 2 heures de décalage par rapport au soleil, ce qui n’est pas forcément bon pour notre horloge interne, donc quitte à adopter un horaire constant mieux vaut privilégier l’heure d’hiver.

Est-ce que cela vous semble compatible avec vos activités estivales ? 

Je laisse la place aux « râleurs » et au « anti-râleurs » pour élargir le débat, s’ils osent enfin s’exprimer sur mon blog… 

Publié dans 2010, Heure, Printemps, Truc | Pas de Commentaires »

21 mars, Printemps du cinéma-Printemps des poètes….

Posté par ENO filles le 21 mars 2010

logopdp.png    21 mars, Printemps du cinéma  printemps des poètes….  leprintdespoetes.jpg

L’homme célèbre le printemps  

Mais le printemps fait la tête. 

Qu’importe!

Résistons à la dépression

Célébrons sa venue.

Quand je vous disais

Que le mois de Mars

Est un mois chargé

de plaisirs retrouvés!

Ecrire comme on aime,

Ecrire un poème

Qui est toujours le même

Qui n’est jamais le même,

Mais qui toujours dit « Je t’aime ».

Allez! C’est le Printemps!

Que faites-vous?

Réveillez-vous!

Aujourd’hui

Le jour est égal à la nuit!

Les nuages s’éparpillent

Le soleil brille

Dehors les oiseaux

Chantent à tue-tête

C’est le Printemps,

Réveillez-vous!

Ouvrez grand les volets,

Enfilez votre tablier,

Nettoyez la maison

Et chantez comme un pinson.

La température s’est adoucie,

Le jardin reverdit,

Les premières fleurs

En rangs serrés

Timidement

Se frayent un chemin

Dans la terre encore durcie

C’est le Printemps!

Femmes!

Réveillez-vous!

Et retrouvez

Vos envies de légèreté

Et de beauté.

Ouvrez les yeux!

Et relisez « Rondeaux »

Cet hommage au Printemps

Ce beau poème de Charles d’Orléans 

 « Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau
Il n’y a bête, ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.
Rivière, fontaine et ruisseau
Portent, en parure jolie,
Gouttes d’argent d’orfèvrerie ;
Chacun s’habille de nouveau :
Le temps a laissé son manteau
 »

Et ces vers d’Anna de Noailles

« Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent,
La rumeur du jour vif se disperse et s’enfuit,
Et les arbres, surpris de ne pas voir la nuit,
Demeurent éveillés dans le soir blanc, et songent…
Les marronniers, dans l’air plein d’or et de splendeur,
Répandent leurs parfums et semblent les étendre;
On n’ose pas marcher ni remuer l’air tendre
De peur de déranger le sommeil des odeurs »

Une femme, Un homme,

tous deux heureux

de glorifier le Renouveau.

21 MARS 2010 JOURNEE MONDIALE DE LA POESIE

‘Dédiée aux poétesses, c’est tout naturellement que cette 12e édition du Printemps des poètes s’ouvre le 8 mars, Journée de la femme et se clôt le 21 mars, Journée de la poésie. Au programme plus de 15.000 manifestations en France et à l’étranger, des rencontres, des lectures, la célébration de l’oeuvre exceptionnelle d’Andrée Chedid et le parrainage de Dominique Blanc. Journal de l’événement sur Evene’

« Je vis, je meurs : je me brûle et me noie,
J’ai chaud extrême en endurant froidure ;
La vie m’est et trop molle et trop dure,
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout en un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j’endure,
Mon bien s’en va, et à jamais il dure,
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être en haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur »

Louise Labé

Éditorial 

« Christine de Pisan, Louise Labé, Pernette du Guillet, mais aussi Louise Collet, Anna de Noailles, Marie Renée Vivien ou Catherine Pozzi, sans oublier, bien sûr, l’Américaine Emily Dickinson, l’Allemande Nelly Sachs ou les Russes Marina Tsvetaieva et Anna Akhmatova… Depuis des siècles, la littérature n’a pas manqué de poétesses de grand talent et parfois de génie, malgré les difficultés pour une femme de se faire reconnaître par la société, peu empressée de leur faire la place qu’elles méritaient. De fait, elles sont souvent demeurées méconnues et n’ont été lues qu’avec condescendance, considérées comme forcément mineures, marginales, mièvres et  sentimentales. Notre regard a-t-il changé aujourd’hui ? Sans aucun doute, mais, à l’évidence, encore insuffisamment. Les préjugés ont la vie dure. C’est pourquoi je me réjouis tout particulièrement que ce 12e Printemps des Poètes vienne apporter la nécessaire « reverdie » de la découverte et de la redécouverte, et faire voie – c’est-à-dire donner voix – à des auteures contemporaines, en mettant en lumière leur « Couleur femme » – thème de cette année – une couleur à la fois singulière et universelle. Marraine de cette édition féminine, l’actrice Dominique Blanc fera entendre, avec le talent que chacun lui connaît, les magies d’Andrée Chedid, de Marie-Claire Bancquart, d’Anise Koltz ou de Liliane Wouters, pour ne citer que quelques-unes de ces grandes artistes francophones du verbe. Je me réjouis également de voir les arts se conjuguer, grâce aux chansons de Brigitte Fontaine et à la poésie en mouvements de la danseuse Carolyn Carlson. Chacune confirme, à sa manière, que la femme est bien, comme le chantait naguère Aragon, «l’avenir de l’homme » ! Le Ministère de la Culture et de la Communication, par l’intermédiaire du Centre national du Livre (CNL), soutient pleinement cette manifestation, qui porte plus loin l’exigence de cette « culture pour chacun » dont j’ai fait mon idéal, et dont le Printemps des poètes – et des poétesses ! – constitue un vivant symbole en sachant s’ouvrir à la différence ». Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication.

poethequeover.png  

Chacun, seul devant son écran s’exprime et le nombre de poètes est plutôt impressionnant. 

Voici quelques textes qui parmi tant d’autres, ont attiré mon attention.

 Printemps des poètes, un poème par jour

« Elle attend sur le quai
quelqu’un
Qui l’aime peut-être
Elle ne veut pas
attendre trop longtemps
Les à peu près
elle les redoute
Mère de tous les instincts
de tous les instants
Trop de pas incertains
qui attendent
Des trains fantômes »

Eric Dubois, Mars 2010

Tu me manques! 

« Tu me manques, je pense à toi chaque jour
A tous nos moments, à tout ton amour
Tu me manques, je te le dis sans détour
Et je le ressasse encore et toujours
Tu me manques, comme ton charme, ta douceur
Je passe le temps à compter les heures
Tu me manques, ton absence est ma douleur
Tu es
le gardien de mon bonheur
Tu me manques, et du matin jusqu’au soir
Je me nourris à l’idée de te voir
Tu me manques, je  fais semblant de croire
Que sans toi je me languis dans le noir

Tu me manques, comment puis-je le dire
J’attends ton retour, je pousse un soupir
Tu me manques, et je commence à frémir
Serait-ce toi que j’entends revenir
Tu me manques, et sur un ton décisif
Je m’étourdis, mettant mon cœur à vif
Tu me manques, tu es mon juste motif
Et de ma vie le justificatif « 

L’essence de la vie 

« J’aime dompter les mots
Ordonner le bétail
Dans un déni des maux
Je les mène au détail
Et toisant le troupeau
J’en ravive l’émail
De vieux oripeaux
J’en étire les mailles
Redorant le blason
D’un bas art éperdu
Redonnant la raison
Aux poèmes émus
je m’envole d’un ton
Je m’emporte un peu plus
Je plane en déraison
A bord d’ailes du cru
La plume est mon atout
La lame qui m’entête
Je garde jusqu’au bout
Et le bon mot je guette
En vers et malgré tout
Je montre là ma quête
Envers et contre tout
Oui, je suis le poète »

Passeurs de poèmes 

« Se voir le plus possible et s’aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment »

Alfred de Musset (1810 – 1857)

« Elle a passé, la jeune fille,
Vive et preste comme une oiseau :
A la main une fleur qui brille,
A la bouche un refrain nouveau.

C’est peut-être la seule au monde
Dont le cœur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclaircirait !

Mais non, ma jeunesse est finie…
Adieu, doux rayon qui m’as lui,
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait, il a fui ! »

Green de Paul Verlaine
« (…) Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu’à vos yeux si beaux l’humble présent soit doux.
J’arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.
Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encor de vos derniers baisers ;
Laissez-la s’apaiser de la bonne tempête.
Et que je dorme un peu puisque vous reposez ».

L’invitation au voyage de Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal
« Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux
Brillant à travers leurs larmes.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté. »

Une allée du Luxembourg de Gérard de Nerval
« Une allée du Luxembourg
Elle a passé, la jeune fille,
Vive et preste comme une oiseau :
A la main une fleur qui brille,
A la bouche un refrain nouveau.
C’est peut-être la seule au monde
Dont le cœur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclaircirait !
Mais non, ma jeunesse est finie…
Adieu, doux rayon qui m’as lui,
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait, il a fui ! »

Bon Printemps à toutes et à tous!

viveleprintemps.gif

 

 


 

Publié dans 2010, Langue Française, Mars 2010, Mots, Poesie, Printemps | Pas de Commentaires »

Le 17 mars fêtez la Saint-Patrick

Posté par ENO filles le 15 mars 2010

stpatrick2.gifUn clin d’oeil à nos amis Irlandais et à mon petit-fils en ce jour de la Saint-Patrick  stpatrick2.gif

stalain.jpg

A la veille du Printemps, »la fête nationale irlandaise rayonne bien au-delà de celle que l’on nomme « l’île verte« . Je ne sais plus si j’ai déjà publié cet article lors de mon voyage en Floride. Je ne l’ai pas retrouvé. Mais il n’est jamais trop tard. Si quelqu’un le retrouve merci de me donner le lien pour le retrouver. Vous en trouverez quelques photos dans l’album « Epopée Floridienne ».

Article du 13 avril 2008  Epopée floridienne - C’est au cours de cette soirée mémorable que mon voyage a pris un tour imprévu.

img2805.jpg

VOEUX DE LA SAINT-PATRICK
Puissiez-vous avoir
Une maison contre le vent
Un toit contre la pluie
L’amour d’une famille unie

Puissiez-vous toujours être entourés
De gens joyeux et d’éclats de rire
De tous ceux que vous aimez


Puissiez-vous avoir
Tout ce que votre coeur désire.

lejoueurdecornemuse.gifEt voici également une belle chanson tirée du folklore irlandaislejoueurdecornemuse.gif

Ecoutez, comme elle est douce à l’oreille.
Son titre est  » When Irish Eyes are smiling  »
« Quand les yeux des Irlandais sont souriants, c’est comme un matin de printemps,
Qu’à travers leurs éclats de rire, on peut entendre chanter les anges »

trfle4feuilles.gifLe trèfle à 4 feuilles trfle4feuilles.gif

Qui n’a jamais cherché et offert un trèfle à 4 feuilles censé porter bonheur? Mais qui connait l’origine de cette tradition populaire pour les uns, ou superstition pour les autres? A découvrir ci-après. Et maintenant que nous avons offert nos voeux à nos amis,
Aimeriez-vous en savoir un peu plus les irlandais, et leurs légendes ?

Certaines villes de France fêtent volontiers la Saint-Patrick car c’est une fête joyeuse et conviviale couleurs vert  printemps qui a la vertu de rendre hardis tous les timides.

La Saint Patrick est célébrée le 17 mars par les Irlandais pour honorer Saint Patrick, un missionnaire qui a converti l’Irlande au christianisme.

Partout la bonne humeur est de rigueur. On chante et on danse au son de la musique celtique, la bière coule à flot et la couleur verte est de rigueur

On dit qu’il a utilisé le trèfle pour expliquer le concept de la Sainte Trinité: le Père, le Fils et le Saint Esprit.
Depuis ce jour, le trèfle est l’emblème national de l’rlande, et les Irlandais le portent  fièrement à leur boutonnière le jour de la Saint Patrick.

Mais l’Irlande est terre d’émigration. Elle a essaimé sa culture un peu partout dans le monde anglo-saxon, notamment aux Etats-Unis. Les descendants des migrants entretiennent à cette occasion avec une sérieuse bonne humeur leur identité insulaire.

En Amérique, la Saint Patrick est un jour de fête et de réjouissance.
La Saint Patrick a été célébrée pour la première fois, à Boston Massachusetts en 1737.

A Chicago, la rivière est carrément teinte en verte pour l’occasion.

Il n’est pas rare de voir des Américains sans racine irlandaise se déclarer « irlandais pour un jour », histoire de communier pour cette belle fête.

On célèbre également l’événement en Australie, en Argentine, au Mexique, au Royaume-Uni et au Canada.

Pour les montréalais, la Saint-Patrick annonce le début du printemps. A Montréal, le jour de la Saint-Patrick, les Irlandais font une parade, tout le monde la fête avec eux.

blarneystone.gifLa légende de Blarney Stone blarneystone.gif

 La pierre Blarney est une pierre incrustée dans la tour du château de Blarney  dans le village de Blarney en Irlande.
Embrasser cette pierre est supposer donner le pouvoir de parler avec éloquence.
On ne connait pas tout à fait l’origine de cette pierre magique,  mais une légende dit , qu’une vieille femme a jeté un sort sur la pierre pour remercier un roi qu’il l’avait sauvée de la noyade.
Le roi qui avait de la difficulté à s’exprimer,  devint un éloquent interlocuteur après avoir embrassé la pierre tel que la vielle dame le lui avait promis.

lechapeau.gif

On associe le vert à la Saint-Patrick, parce que c’est la couleur du printemps  et du trèfle emblème de l’Irlande.
On dit que trouver un trèfle à 4 feuilles porte chance.
Mais une vieille légende dit également qu’il peut rompre le charme d’un mauvais esprit.
La tradition veut que l’on soit vêtu de vert pour fêter la Saint Patrick,
A certains endroits, les élèves peuvent pincer leur professeur, si celui-ci n’est pas habillé de vert en cette journée.

C’est aussi ce jour-là que l’on peut aussi rencontrer ces personnages étranges:

leleprechaun2.gif Les Leprechauns leleprechaun2.gif
 

Les Leprechauns sont de petits elfes. Leur nom est tiré d’un vieux nom irlandais lechorpan qui signifie petit bonhomme.

lecordonnier.gifLe leprechaun qu’on appelle aussi le Cordonnier, lecordonnier.gif

prend souvent l’apparence d’un vieil homme. C’est une créature solitaire, qu’on aperçoit sous les néfliers ou dans les haies, en train de s’affairer joyeusement à réparer une chaussure unique, jamais une paire.

Celui qui réussit à capturer un Leprechaun peut le forcer à lui dévoiler la cachette de son trésor. Il doit cependant être très prudent et ne pas le quitter de vue une seule seconde. Les Leprechauns sont des êtres très rusés, farceurs et malicieux.

Un jour, par exemple, l’un d’eux montra à un paysan sous quel plant,  dans un champ de navets, de l’or était caché.
Le paysan, qui n’avait pas de pelle,  noua autour du plant le ruban rouge de ses chaussures avant d’aller chez lui chercher les outils.
A son retour, tous les navets portaient un ruban rouge. 

Comme vous le voyez, l’Irlande est un pays plein de richesses et de malice, et  je rêve de m’y rendre un jour.

Et la France s’y met …

vitrolles.jpg

SAINT PATRICK à Vitrolles le 06/03/2010  Une fête irlandaise comme il se doit … Depuis cinq ans, la Maison Pour tous de Vitrolles invite tous les amateurs de l’Irlande et les amateurs de folklore en général à venir s’enthousiasmer sur les chants et danses de nos cousins celtiques d’outre-manche.   Forte de ses précédentes éditions, l’association propose encore cette année un grand spectacle mêlant musique, claquettes irlandaises et autres danses celtiques. Les artistes musiciens et danseurs, tantôt sur scène, tantôt qu milieu des tablées, vont enflammer le grand Chapiteau de KIFFA et vont attirer à eux le public sur des jiggs ou des reels … la musique irlandaise, bretonne, celtique en générale est tellement entrainante et enivrante que très vite on prend le rythme et on se surprend dans une ronde ou sur une volte ! Dans une ambiance de Pub Irlandais, à fréquenter avec modération, vous serez dépaysé toute la soirée, comme si vous étiez au vert pays !  Au programme : la musique chaleureuse et entrainante du groupe SKYROAD, la magie et la beauté des chorégraphies des danseurs issus de la troupe « Avalon Celtic Dance », la dynamique et traditionnelle musique déambulatoire du bagad’Aixet une fin de soirée dansante avec DJ. 

lorient.jpg

La Saint-Patrick de Lorient le samedi 13 mars 2010

bercy.jpg

Le 20 mars 2010, Nuit de la Saint Patrick jusqu’à 1 heure du matin à Paris Bercy! Il est encore temps…

Et si vous en avez une près de chez vous, merci de nous le signaler.  En savoir plus sur Wikipédia

Lire la suite… »

Publié dans 2010, Fêtes, Irlande, Mars 2010, Nature, Printemps, Saint-Patrick | Pas de Commentaires »

12
 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan