• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />

Le musée Peynet d’Antibes

Posté par ENO filles le 17 février 2011

animation11.gif

 

Un peu tard sans doute pour passer l’information. Mais il est quand même bon de le signaler:

Le musée Peynet d’Antibes, temple du romantisme par excellence a offert le dimanche 13 février, veille de la Saint-Valentin, une journée portes ouvertes accompagnée d’animations.

Des visites commentées et un atelier pour enfants et ados qui leur a proposé de réaliser leurs propres cartes postales.

J’espère que cette initiative sera renouvelée car il est bon que le romantisme naïf et charmant ne soit pas oublié à une époque où il l’est un peu moins. Et que nos enfants apprennent à l’apprécier et à redonner à l’Amour sa juste valeur. C’est mon point de vue

Ci-après l’article de Nice Matin dans son intégralité qui m’a été envoyé par notre amie Jeannine B. Antiboise de choix et de coeur.

20110212nicematinpeynet.jpg

Vous aussi, si vous avez des documents à le communiquer n’hésitez pas à me les adresser ici.
Merci et à l’année prochaine pour la Saint-Valentin…. ou avant…  peut-être !….

peynetdessinant.jpg

 

Petite remarque

Parmi tous les musées Peynet de France l’un d’eux est situé à Brassac en Auvergne. « Pourquoi un musée Peynet à Brassac? Tout simplement parce que Raymond Peynet, ce parisien établi près d’Antibes, était Auvergnat d’origine. En effet, son père et sa mère étaient natifs du Puy-de-Dôme. Lui, Antoine Peynet de Montaigut-en-Combrailles, elle, Isabelle Bard de Brassac-les-Mines. Ces « Bougnats » sont partis pour la Capitale, espérant s’enrichir en faisant le commerce du bois et du charbon ». Vive les Auvergnats!
« Tél : 04 73 54 16 94
2 cours Jean Moulin
BRASSAC LES MINES
63570

Publié dans 2011, Amour, art, Peynet, Saint-Valentin | Pas de Commentaire »

Annie Peynet

Posté par ENO filles le 9 février 2011

Comme mes lecteurs assidus ont pu s’en apercevoir…rires, mon précédent article a reçu un petit compliment d’Annie Peynet sous le pseudo de Farigoule, commentaire qui m’a évidemment émue et honorée car venant de la fille de ce célèbre dessinateur de l’amour.

M’étant informée sur elle, j’ai pu croiser sur le Web un article la concernant.

Je vous le livre ici dans son intégralité.

peynetportrait.bmp  photoannie.jpg

                                                     Annie présentant une oeuvre de son père

nicematin.jpg

Annie Peynet sur  Nice Matin  du 8 février 2011 - Accéder à l’article en cliquant sur le titre ci-dessous:

Antibes Annie Peynet : « Pas si facile d’être la fille d’un artiste ! »

Article signé Lionel Paoli 

« Annie Peynet  a donné une conférence sur son père, hier après-midi à la salle des associations, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de l’artiste. Frantz Bouton Annie Peynet  dans 2011 clip_image001

Elle est née cinq ans avant « les Amoureux ».

Sourire chaleureux, regard canaille : on retrouve chez Annie Peynet les traits que l’on imagine chez son père.

Hier après-midi, elle a raconté « son » Peynet aux admirateurs de l’artiste. Un « Raymond intime », étonnant et émouvant.

Quel genre de père était Raymond Peynet ?

Un père très présent. Trop présent même ! (rires).  Il travaillait à la maison. Pour la petite fille que j’étais, ça voulait dire : pas le droit de parler fort, pas le droit d’inviter des copines ou des copains… Vous imaginez un peu, lorsque vous êtes fille unique! Le moindre bruit le dérangeait. Je n’avais même pas l’autorisation de mettre de la musique. Il gardait la main sur les disques et ne passait que ceux qui aidaient sa concentration.

Ça a duré longtemps ?

Jusqu’à mes 18 ans. Lorsque j’ai atteint cet âge, ma mère l’a convaincu de dessiner dans un atelier. Son but, c’était de lui imposer des horaires – comme quelqu’un qui va au bureau. Jusque-là, il travaillait n’importe quand. Si l’inspiration arrivait en pleine nuit, il se levait et se mettait au boulot.

Votre mère travaillait ?

peynetetsonepousedenise.bmp

Oui. Elle travaillait… pour mon père ! Elle lui servait de secrétaire et, surtout, d’archiviste. C’est elle qui découpait tous les jours les dessins parus dans les journaux. Elle les rangeait minutieusement. Ce qui permettait à mon père, s’il était en panne d’idées, de jeter un coup d’œil dans ses cartons. Il ne refaisait jamais deux fois la même chose. Mais un vieux dessin pouvait lui donner le thème d’une nouvelle esquisse.

Il dessinait beaucoup ?

Tout le temps ! Mais ça ne le gênait pas. Il disait qu’il ne savait faire que ça : dessiner, dessiner, dessiner ! Lorsqu’il sortait, il avait toujours dans sa poche son carnet de croquis. Et il s’en servait… quel que soit le contexte.

Quand avez-vous réalisé que votre père n’était pas tout à fait un papa comme les autres ?

Très tard. Comme nous fréquentions beaucoup d’artistes,  je baignais dans ce milieu. Tout me paraissait parfaitement normal. C’est à l’adolescence, lorsque mes copines n’arrêtaient pas de me demander des dessins de mon père, que j’ai pris conscience qu’il n’était pas un parfait inconnu.

C’est grâce à vous que Raymond Peynet s’est installé à Antibes ?

Oui. Je me suis mariée à Biot en 1976. Il a tout de suite souhaité se rapprocher de moi… et de ses futurs petits-enfants ! Il a posé ses crayons aux Jardins du Cap, dans un tout petit appartement, et n’a plus quitté la région jusqu’à sa mort en 1999.

Exposition Peynet « Heureux Anniversaire » 1908 – 2008 à Biot village 

En 2008, Annie Peynet a confié à la ville de Biot des oeuvres de sa collection personnelle qui donnent plus d’informations sur les méthodes de création de son père

(Cliquez  sur le titre pour suivre le lien) 

Texte de l’article

« Cette exposition, qui a lieu pour le 100ème anniversaire de la naissance de Peynet, permets d’admirer la collection personnelle d’Annie Peynet, fille de l’artiste. Elle cherche à montrer l’oeuvre de Peynet sous une forme plus personnelle et l’on voit la progression du style, les ébauches de couleurs, l’évolution des croquis au dessin publié. Elle permets de retracer les liens forts qui lient Peynet au village de Biot (esquisses à partir de photographies des fêtes du village, publicité pour les manifestation de Biot). Elle est donc en cela complémentaire de la visite du musée Peynet d’Antibes« 

museeantibes.jpg

« Créé en 1989 à l’initiative de la municipalité en hommage à l’un de ses plus célèbres citoyens d’honneur, le musée accueille, à l’ombre des platanes de la pittoresque place Nationale, les touristes dans des salles climatisées où sont abritées plus de trois cents oeuvres de l’artiste (lithographies, gouaches, encres de Chine, porcelaines, poupées, eaux fortes, etc…).

Le musée reprend dans son architecture les formes octogonales caractéristiques du célèbre kiosque de Valence. Lequel trône à l’état de maquette en bonne place dans les locaux.

Outre sa riche collection permanente permettant d’effectuer une rotation de ses oeuvres accrochées, le musée propose ponctuellement des présentation « événementielles » de dessins pouvant se rapporter aux fêtes de fin d’année, à l’été, à la fête de la musique, etc…

Enfin, de façon coutumière, le musée propose à l’occasion de la Saint Valentin, des expositions exceptionnelles de l’artiste afin de présenter au public des aspects plus méconnus de son oeuvre.« 

Je vous propose ci-dessous un petit montage de quelques unes des oeuvres exposées. Cliquez sur l’image.

expopeynetimgtitre.jpg

Quelques sites sur Peynet

Raymond Peynet le site officiel

Raymond Peynet

Peynet shop

Publié dans 2011, Amour, Peynet, Saint-Valentin | 1 Commentaire »

Bientôt la Saint-Valentin Peynet éternel

Posté par ENO filles le 5 février 2011

Et voici que reviennent, éternels amoureux,

Les amoureux de Peynet

Le musée de la carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux propose une exposition intitulée « Peynet, un peu, beaucoup, passionnément… »

Mes amis de Télématin en ont parlé ce matin. Et encore une fois je vous invite à écouter Damien Thévenot vous en parler avec sympathie. Cliquez sur l’image.

telematin.jpg

Je vous propose de revoir mon précédent article du 13 février 2009 sur ce charmant magicien du trait amoureux.

Cliquez sur le titre pour lire l’article et sur l’image pour visionner le diaporama.

 Les amoureux Peynet – patrimoine de l’imagerie populaire

http://ecolenormaledinstitutricesdoran6.unblog.fr/2009/02/13/les-amoureux-peynet-patrimoine-de-limagerie-populaire/

photoouverturedupps2009.jpg

 

Les créations de Marie-Ange 

Propos recueillis sur le blog de cette collectionneuse: 

« Je crois que l’homme qui a le mieux illustré la St Valentin c’est Raymond Peynet

Raymond Peynet est né à Paris en 1908 et est entré aux Arts Appliqués  à l’âge de 15 ans.

Plus tard il entrera dans une agence de pub nommée Tolmer et c’est ainsi qu’en passant par le balayage , les étiquettes  sur les boites d’emballage, de gâteaux, bonbons, parfums……..il apprendra son métier de dessinateur graphiste.

En  même temps il vend ses dessins humoristiques aux journaux

En 1930 il épouse Denise Damour un nom prédestiné.

En 1942 étant en déplacement à Valence assis sur un banc  devant un kiosque à musique pour un rendez-vous d’affaires, il dessine un petit violoniste jouant seul devant une admiratrice .

kiosquedevalenceparpeynet.jpg

Ce dessin sera le début d’une longue série et deviendra le symbole de la SAINT-VALENTIN.

Le petit violoniste deviendra plus tard un petit poète avec sa compagne et fera le tour du monde .

LES AMOUREUX PEYNET étaient nés. 

Ils existeront en cartes postales, médailles, statues, et bien sûr en poupées qui ont un succès fou à l’époque.

Elles étaient en mousse et habillées à la mode en cours. Malheureusement ces poupées étant très fragiles il n’en reste que très peu aujourd’hui , qui  font la joie des collectionneurs dont je fais partie.

Cela durera jusqu’à la fin des années 60.

Raymond Peynet décédera le 14 janvier 1999 à l’âge de 90 ans, un mois avant la Saint-Valentin date qu’il chérissait tant.

Il existe aujourd’hui quelques musées dédiés à ses œuvres dont un à Valence, ville où se trouve toujours le kiosque à musique » 

A Alassio, un mur immense lui est consacré.

Il a été réalisé en 1951 et devint vite une légende.  » L’occasion se présenta lorsque l’écrivain Hemingway séjourna à Alassio ; il fut enthousiaste à l’idée d’appliquer sur le petit mur des plaquettes de grès de formes diverses de couleurs vives et variées avec les signatures imprimées des célébrités de passage au Cafè Roma » On y trouve un nombre innombrable de cadenas. A vous d’en trouver la signification…. « Le muretto est devenu depuis un « monument » de l’art, de la culture et de la mode ; c’est comme un immense album d’autographes qui s’est enrichi d’autres signatures dans les années suivantes » 

« La fête des Amoureux a lieu aussi sur le “muretto” d’Alassio : amours perdus et retrouvés, chagrins d’amour et histoires à heureux dénouement.
Le jour de la Saint-Valentin tous les amoureux se donnent rendez-vous près de l’œuvre célèbre de Raymond Peynet, « les amoureux » pour jouir de l’atmosphère poétique créée par les plus belles lettres d’amour, contenues dans la boîte aux lettres placée sur le « muretto » près de la statue des amoureux réalisée par le sculpteur Eros Pellini« 

Voici pour vous quelques photos prises sur place en 2007. Cliquez sur l’escalier

imgppsalassio.jpg

Plus d’infos sur le « muretto » d’Alassio?  Cliquez ICI

Vous pourrez aussi les retrouver au Cannet

murducannet.jpg

Mur des Amoureux de Peynet au Cannet (l’image mène au site)

Alassio n’est pas la seule ville à avoir réalisé un mur en hommage à Peynet, mais celui-ci est l’oeuvre d’un artiste et les promeneurs ne sont pas invités à y rajouter leur touche personnelle. Mais il n’en reste pas moins fort intéressant.

« « Indémodable, cette fresque peinte sur une façade d’une maison ancienne de la rue est un passage quasi-obligé des jeunes mariés.

Egayant la rue, elle est le symbole de la joie de vivre au Cannet.Co-réalisée par le fresquiste Guy CEPPA en 1990, cette fresque est une métaphore de l’amour symbolisée par des jeunes mariés s’envolant au-dessus du jardin d’Eden inspiré par la ville du Cannet.Raymond PEYNET, citoyen d’honneur de la ville du Cannet, a peint cette œuvre en l’honneur de tous les jeunes mariés auxquels il a voulu offrir une étape poétique dans leur voyage de noces.C’est en 1942, devant le kiosque à musique de Valence que Raymond PEYNET imagina son petit couple. En hommage aux amoureux, son ami Georges Brassens écrira la célèbre chanson “les bancs publics” »

Publié dans 2011, Peynet, Saint-Valentin | 5 Commentaires »

 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan