• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • août 2017
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />

Les cloches de Corneville

Posté par ENO filles le 5 avril 2010

oprared.jpg Un peu de musique? Pourquoi pas de l’opérette? Un genre souvent décrié mais charmant et bon pour le moral.

J’y allais très souvent en famille lorsque j’étais enfant et j’en garde un souvenir encore assez vif. Les femmes de ma famille en robes du soir, un éventail somptueux à la main et des jumelles en nacre du plus bel effet dont je m’emparais dès que je le pouvais.

Cet air vous sera certainement familier, mais pour nos jeunes qu’en est-il? Rendez-vous sur

  rplanquette.jpg   malbecgarciastephane.jpg  carlarutili.jpg

Ils reconnaitront davantage celui-là

lesclochesdendame.jpg

 

emoticone En savoir plus? Cliquez ici 

 

Publié dans Musique, Oran, Paques | Pas de Commentaire »

Des mounas pour Papy!

Posté par ENO filles le 3 avril 2010

Joyeuses Pâques à vous tous…..

Serge

mounaspn.jpg

Rappel de la recette sur

LA PAGE GOURMANDE – RECETTES D’ORAN- CUISIN’ELLES

La déco de celle-ci est une variante 2010

Publié dans 2010, Cuisine, Fêtes, Gâteaux, Mouna, Oran, Paques | Pas de Commentaire »

Angèle et moi, le passé retrouvé

Posté par ENO filles le 11 février 2010

imgarticle.jpg

La porte du passé s’est ouverte cette nuit par la magie d’un livre. Ce livre Angèle vous me l’avez offert si spontanément que je me suis dit que cette fois, je devais le lire. 

Dimanche 27 décembre 2009  Un commentaire sur la première page du premier volet du blog « CE BLOG EST REALISE PAR (…) » « Bonjour Paule, je viens seulement de découvrir votre site. Je vis en pleine campagne et ne bénéficie pas du haut débit, d’où mes difficultés à consulter les sites. Vous avez fait un très beau travail sur nos souvenirs… Je tiens à vous remercier d’avoir mis le lien de mon site en ligne et surtout pour le gentil commentaire. Bravo encore  Bien cordialement. Angèle Koster… Je tenais aussi à vous remercier d’avoir intégré le lien menant à mon site et du gentil commentaire qui l’accompagne. Bravo encore et merci » Angèle

Lundi 28 décembre « Angèle, votre site est très émouvant. Merci de votre commentaire et de votre message personnel. Mais vous n’avez pas posté semble-t-il votre commentaire à l’emplacement de l’article et comme j’ai écrit beaucoup, je ne sais plus où je vous ai citée. Je vous ai aussi répondu sur le blog.
Je vous présente tous mes vœux pour la nouvelle année et beaucoup de joie dans votre vie et avec votre site. En espérant vous lire encore. Rejoignez-moi sur le
volet 7
 » 
(…) « Je viens de revoir un peu votre site et je suis tombée sur votre livre « Le goût amer du laurier rose ». Je n’ai que peu de souvenirs de l’Algérie et votre mémoire à vous et à mes amis redevient la mienne.  Il me plairait bien d’en avoir un exemplaire avec votre dédicace, puisque maintenant nous nous connaissons. Merci de me dire comment faire, Amitiés »  (…)

« Bonjour Paule… J’avoue humblement que je ne me souviens plus sur quelle page j’ai trouvé mon lien. Il faut dire que je suis tombée par hasard sur votre blog en faisant des recherches généalogiques. J’ai simplement entré mon nom sur Google. (rrirre) Mais je chercherai, avec les moyens mis à ma disposition par mon bas débit. Je vis dans un « trou »…. Merci pour mon livre. Si vous le permettez j’aurais beaucoup de plaisir à vous l’offrir. Dites-moi seulement où je dois l’envoyer. A mon tour, je vous souhaite une très heureuse année 2010. Amitiés » Angèle  (…)12:03 « Merci infiniment Angèle. Peu importe que vous ne sachiez pas où je vous ai citée. Mais je me souviens très bien que j’en avais parlé en effet. Je fais comme vous, je me promène au cours de mes recherches et quand je trouve quelque chose de bien, j’en parle et je mets des liens. C’est pourquoi c’est toujours mieux de mettre le commentaire au bon endroit… rires (…) Pour votre livre, j’accepte avec plaisir. Voici mes coordonnées …. Très amicalement et encore un grand merci » Paule  Samedi 9 janvier 2010« Bonjour Paule, Je ne vous ai pas oubliée. Je me suis aperçu que je n’avais plus d’exemplaires perso. J’en ai donc demandé à l’éditeur. Par contre il y a tellement de neige chez nous que j’attend lundi pour aller à la poste (…) Bien amicalement» Angèle  16:58 « Merci Angèle de prendre autant soin de moi. Je lirai votre livre avec le même soin. Et si vous le permettez, à cette occasion je mettrai un lien vers vous dans mon blog . N’oubliez pas de me faire une petite dédicace qui pourrait me permettre de vous présenter. Si vous vouliez bien en plus m’expliquer comment vous en êtes venue à proposer vos écrits et raconter vos souvenirs(…) Vendredi 22 janvier « Angèle, bonjour, je viens de recevoir votre livre. Merci infiniment Les premières lignes m’enchantent. Votre style me plait… Pour l’histoire je vais la découvrir. A bientôt » Paule  Jeudi 11 février 08:00 « Bonjour Angèle, me revoilà. Je viens de terminer votre roman. Après en avoir parcouru quelques pages qui m’ont tout de suite plues, je l’avais mis de côté car j’avais trop à faire avec le blog pour créer un sommaire qui permette à chacun de s’y retrouver. Mais cette nuit je l’ai repris et je l’ai lu … d’une traite, signe d’un intérêt indiscutable. Je vais essayer de vous faire part de mon ressenti à la lecture de ce livre. Tout d’abord, votre écriture est jolie, légère et simple. Elle permet à la pensée de suivre tranquillement son chemin et au lecteur d’entrer dans votre vie sans effets de styles superflus et parfois encombrants. En vous je me retrouvais, bien que nos histoires soient très différentes. Quelques expressions de langage, des lieux, des personnes, des situations qui me sont redevenues grâce à vous familières. D’abord dans votre vie de famille et ensuite bien sûr ces événements qui nous ont chassés de ce que nous croyions être notre pays de France. Ma mémoire a fait un bond dans le passé, dans un passé qui ne m’a jamais réellement ému, si ce n’est le rappel de mes souvenirs personnels d’enfance, puis d’adolescente, puis de jeune fille. Je suis partie le 23 juin 1962 depuis l’aéroport de la Sénia où j’ai passé 3 jours et 2 nuits à la belle étoile, sans manger, ni boire, ni aucune autre chose en principe vitale. Je n’ai du mon départ qu’à mon petit poids de l’époque -40kg- car les avions qui se succédaient sans cesse en pont aérien étaient chargés au poids maximum. Il ne restait qu’une place disponible… celle du copilote. J’ai fait un magnifique voyage, face à la nuit étoilée et même à un moment, les mains aux commandes. Je venais de fêter mes 21 ans le 29 mai.  Mes parents sont partis en bateau, le Ville d’Oran je crois, eux aussi dans la cabine du Commandant exactement le 5 juillet, le jour du massacre. Ce jour-là tous deux se promenaient en ville quand la fusillade a éclaté de toute part. Mon père n’a pas hésité un instant, il est parti à pieds au port avec ma mère et ils ont embarqué sur-le-champ, voyageurs sans aucun bagage et sans même payer. Dans le bateau il n’y avait plus de place. Le commandant a cédé sa cabine, car disait-il, il n’en aurait pas besoin cette nuit-là et les a conviés à sa table. Mes parents étaient fonctionnaires tous les deux. Il serait temps de voir ! Le reste a suivi plus tard. Mais moi je n’ai récupéré ni mes livres, ni mon piano. J’ai reconstitué depuis une autre bibliothèque mais je n’ai plus joué de piano depuis, disons joué vraiment. Votre livre pourrait s’intituler « Oran pour les nuls » tant il est aisé à lire et constitue un document précieux et résumé du drame que nous avons vécu, qu’il faudrait mettre dans toutes les mains de nos enfants et des Métropolitains qui à l’époque n’ont rien compris à la situation – il faut dire que tout a été fait en ce sens- et qui finalement, malgré les nombreux témoignages ne comprennent pas davantage aujourd’hui. C’est pourquoi ils sont totalement désemparés devant la situation actuelle de la France qui n’est pas nouvelle pour nous. Vous avez reconstitué avec simplicité l’essentiel de l’évolution de cette incroyable affaire, les référendum successifs , l’incrédulité mais la confiance et l’espoir, puis le climat de méfiance et d’insécurité qui s’installe, les scènes d’horreur qui se multiplient, l’OAS indispensable à notre survie malgré ses excès. Et vous poursuivez ainsi dans sa dégradation jusqu’à la débâcle. Je me souviens maintenant de ces dix minutes graves et pesantes où la vie s’est figée en signe de protestation le soir des accords d’Evian du 19 mars pendant que la voix puissante d’Edith s’échappait par les fenêtres ouvertes «  Non, rien de rien… »  Et puis voilà tout est dit. Vous voguez vers la France, vers un futur inconnu. Et là, votre ton redevient serein, la poésie reprend sa place dans vos mots comme le plaisir de la confiance retrouvée. Que sera demain ? Je ne me suis pas plus que vous posé la question à ce moment-là. Demain en tout cas sera. Car nous avions toutes les deux seize ans et vingt-et-un ans et la Vie devant nous. Merci Angèle de ce magnifique cadeau que vous m’avez fait. Et je ne sais pas avec qui le partager. Mes enfants ne connaissent pas, ma famille proche n’est plus auprès de moi. Et tout cela c’est si loin ! Mais la statue de Notre-Dame du Cap Falcon est à Toulon, le regard vers l’Algérie et les cendres de mon parrain se sont envolées vers elle il y a sept ans déjà depuis les 15 mètres de cette falaise au pied de laquelle la mer en furie c’est calmée un instant quand nous les avons  lancées dans un sac en papier orné de rubans et de quelques fleurs, pour un retour au Pays de son enfance. Pour moi il n’en est pas question. L’Algérie c’est fini mais les amis non! La vie est ici et devant moi. J’aimerais bien savoir comment vous en êtes venue à raconter publiquement vos souvenirs et à les proposer à tous ceux qui savent mais aussi à ceux qui ne savent pas. Je trouve cette démarche audacieuse et empreinte d’amour pour les autres car pour éviter les erreurs du présent il serait préférable de bien utiliser les leçons du passé. Moi qui détestais l’Histoire à l’école, je n’avais pas compris ça

Alors je vais le partager avec mes amis du blog.

Annexes Le site d’Angle Koster Si vous avez envie de lire ce livre vous pouvez Le commander aux Editions du Petit Pavé  Le demander à votre Libraire Si vous désirez un livre dédicacé Contactez l’auteur    

Publié dans Algerie, Oran | 1 Commentaire »

 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan