• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • août 2017
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />

Carnaval de Nice 2010 des photos

Posté par ENO filles le 28 février 2010

Les chars de la bataille de fleurs dans la rue Ségurane 

Un envoi de Yolande Skinazi-Berletti, Niçoise d’adoption.

Une ville où, depuis mes huit années, j’ai atterri chaque été pour le tour de France des vacances, et qui reste pour moi la ville préférée de mon père.

Elle a toujours symbolisé mon enfance, ma jeunesse, le merveilleux plaisir des voyages en famille « Maman, mon Père et moi » et le sourire de la France là pour nous accueillir…

Merci Yo de ces belles photos mais je trouve ce corso un peu étrange. Il ne ressemble pas à ceux que j’ai gardés dans mes souvenirs.

Ce que je ne comprends pas, ce sont les trottoirs déserts, le manque de spectateur!

Que de fleurs pourtant sacrifiées pour cette unique journée !!!

La réponse est là   »Les chars passent devant chez moi avant le défilé, ils ne défilent pas dans ma rue, ils y passent pour aller se mettre en place, c’est pourquoi il n’y a pas de monde là, heureusement d’ailleurs, avec le jaleo que ça fait !!!! et d’ailleurs, il n’y avait pas non plus les jolies nanas dessus !!!! Bises » YO.
 

Limage1.jpg

Hollydays in France. la petite en chapeau niçois c’est moi…

1949nice3red.jpg

1949nicered.jpg

accueil.gif

Publié dans cadeaux, Carnaval, corso fleuri, Nice | Pas de Commentaire »

Carnaval est revenu

Posté par ENO filles le 17 février 2010

« …l’avez-vous vu?

Il est passé dans la rue

Ni vu, ni connu… »

Une petite chanson d’école maternelle comme il se doit …

Le Carnaval est célébré partout dans le monde  mais la notoriété de certains dépasse toutes les frontières

prsentationarticle.jpg

« Le carnaval est une fête qui n’est pas donnée au peuple

mais que le peuple se donne à lui-même. » Goethe.

Pendant quelques jours, plus de règles, plus de hiérarchie. La société effectue une joyeuse catharsis (La catharsis est l’épuration des passions par le moyen de la représentation dramatique ) 

 Quelles sont les origines de ces transgressions ? Leur vitalité se révèle-t-elle intacte ?

Comme la plupart des fêtes en Occident, le carnaval est né d’un syncrétisme entre célébrations religieuses et païennes. A l’origine, plusieurs festivités datant de la Rome antique : les Bacchanales, des fêtes orgiaques nocturnes réservées aux femmes, les Lupercales, des fêtes de purification, et les Saturnales, festivités où les esclaves devenaient maîtres, et les maîtres, esclaves. Célébrée en France jusqu’au XVIIe siècle, la Fête des fous, pendant laquelle le bas clergé remplissait le rôle du haut clergé, semble aussi avoir laissé son empreinte sur le carnaval. La modification des rôles traditionnels se retrouve dans toutes ces célébrations

Ces derniers jours, au J.T. les premières images du Carnaval de Venise me remémorent mon propre Carnaval en Février 2000.

Venise est certainement le premier nom qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque le carnaval. Et pour cause. Il parait qu’au XVIIIe siècle la cité les festivités duraient jusqu’à 6 mois par an.

Officialisé par le Doge au XIe siècle, le carnaval prit de l’ampleur au fur et à mesure que grandissait La Sérenissime. A l’origine, les Vénitiens enfilaient une longue cape noire, le tabarro, et dissimulaient leur identité derrière un tricorne et un masque blanc, la larva. C’est le costume que j’avais confectionné et adopté pour cette occasion.

00masq.jpg

Avec le temps, les costumes évoluent, s’inspirant de ceux de la commedia dell’arte que nous avons jouée à l’Ecole, vous souvenez-vous? , tout en conservant leur rôle d’origine, se libérer  moment de son identité. Acteurs et spectateurs se confondent pendant Carnaval. L’historien Mikhaïl Bakhtin écrivait : « Pendant toute la durée de la fête, personne ne connaît d’autre vie que celle du carnaval. Impossible d’y échapper, le carnaval n’a aucune frontière spatiale. »  C’est ce qui en fait son originalité. Il n’est pas rare de croiser un avocat, un notaire qui se rend à sa charge en tenue.  La cité, aux règles élastiques  pour l’époque, n’était que liberté et fête durant cette période. Mais l’apogée du carnaval, au XVIIIe siècle, coïncide avec les dernières heures de la cité. En 1797, Venise tombe sous le joug de Napoléon Bonaparte, qui interdit la fête. Les Autrichiens réhabiliteront le carnaval quelques années plus tard, mais il ne retrouvera plus jamais son ampleur d’antan. Aujourd’hui, un flot continu de touristes parcourt la cité lacustre tout au long de l’année, mais peu de Vénitiens vivent encore dans la ville. Pendant le carnaval, la folie gagne la Cité, les touristes afffluent. On se demande comment les ponts peuvent résister à cet assaut. Les Vénitiens préfèrent quitter la ville. A Venise, le carnaval est désormais un événement marketing organisé pour les touristes et non pour et par les Vénitiens : la fête est dit-on finie.Finie la fête ! Non ! Différente ! Victime de l’évolution des hommes, La ville achetée par de richissimes étrangers est devenue trop chère pour eux. les Vénitiens logent sur le continent mais leur cœur reste à Venise et c’est avec des larmes dans les yeux qu’ils nous en ont parlé. Et ils en parlent facilement et avec verve.  

Rio : les pauvres au pouvoir

De l’autre côté de l’Atlantique, le carnaval de Rio est lui aussi devenu une formidable machine à faire de l’argent. Cependant, l’événement a réussi à effectuer sa mutation sans rien perdre de son sens. Les Cariocas continuent de s’amuser, de se déguiser et surtout de danser. Et le carnaval n’existerait pas sans la samba. Et la samba est né et vit dans les quartiers populaires…

« Pendant le carnaval, les exclus de la société deviennent rois. Les rôles s’inversent, ce sont les habitants des favelas, et non plus l’élite, qui donnent des ordres » souligne Alessandra Cabral, professeur de samba.

Ce sont les habitants des favelas qui organisent les défilés. Ils s’y préparent toute l’année car l’enjeu est d’importance pour eux. Le carnaval joue ici pleinement sa fonction de régulateur social, tel un « exutoire ludique » aux diverses tensions qui traversent la société.

Là aussi la violence des relations conflictuelles actuelles des hommes fait son œuvre. Ce Carnaval si prisé reste le lieux de tous les dangers. Notre amie Jeannine B. a la chance d’être au Brésil en ce moment. Mais difficile de trouver un hôtel en cette période. J’espère qu’elle trouvera la solution et nous rapportera des images inoubliables de cet événement international et son point de vue sur le sujet. Et maintenant un petit tour au  Québec Ici l’enjeu du Carnaval est de braver le froid.

« Troisième plus grand carnaval au monde avec 730.000 visiteurs, le carnaval de Québec festoie d’une manière toute singulière. Né en 1954, ce jeune carnaval est globalement un spectacle que l’on regarde sans y participer, du moins, en apparence. Les gens ne se déguisent pas, l’événement n’est pas très festif, plutôt familial et consensuel. La transgression est exclue des festivités. Le caractère carnavalesque semble parfaitement absent. En réalité, il ne l’est pas. Dans un pays où les températures descendent fréquemment jusqu’à -20 °C au moment du carnaval, le caractère carnavalesque réside dans le fait de braver l’hiver. Comme l’explique Fanny Bannet dans son étude anthropologique du carnaval de Québec : « C’est dans le fait de sortir s’amuser malgré le froid glacial que se font le détournement et l’inversion typiquement carnavalesques. » L’entité à renverser n’est plus l’ordre social, mais le climat, qui reprendra le dessus dès la fin de l’événement. En outre, pendant les dix-sept jours de festivités, l’égalité est reine, puisque face au froid, quelles que soient leurs origines sociales ou géographiques, les hommes sont tous physiquement démunis. Les différences et inégalités sont donc bel et bien suspendues pendant le carnaval. Les spectateurs, de prime abord passifs, participent donc en fait activement au carnaval du simple fait de leur présence dans le froid »

06lilianeblancdc2009red.jpg Peut-être notre amie Liliane Blanc de la promo 59, résidente au Québec depuis longue date pourra-elle trouver le temps de nous en dire quelques mots. Mais elle est en ce moment très occupée avec on éditeur la semaine prochaine pour planifier  la sortie de mon prochain livre, probablement à l’automne.

Pour info, son 1er livre paru en 1991 et aujourd’hui épuisé  « Elle sera poète elle aussi » « est une réflexion sur la condition des créatrices à travers les siècles, les entraves qu’elles ont trouvées sur leur chemin et l’occultation qu’elles ont subie quand elles ont réussi à se réaliser » – je cite Liliane. Si cela vous intéresse vous trouverez ici quelques extraits qu’elle m’a invitée à lire. 

 7 avril 2007 La jupe qui entrave 

 5 avril 2003 La liberté pour créer  

 24 avril 2007 Les créatrices – Le poids du conformisme 

7 juillet 2007 Fanny Mendelssohn ou le génie créateur bridé 

6 mars 2004 Clara Malraux, la muse mal aimée 

5 mai 2007 Les femmes longtemps tenues à l’écart de la création 

Mais si ces trois villes célèbrent  fastueusement la fête, il n’est nul besoin d’aller si loin pour vivre le carnaval. Partout en France plus ou moins modestement on fait la fête. Le Carnaval de Nice et ses grosses têtes est lui aussi très connu et mondialement apprécié.

Un autre carnaval a obtenu la rançon de sa popularité. Le 7 novembre 2003, le Carnaval de Binche a été reconnu Patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Carnaval est revenu dans Carnaval pdf carnavaldebinche.pdf

Carna’Valette  Pour ma ville il faudra attendre la Mi-carême en mars. « Grand défilé en ville et spectacles de rue font de Carna’Valette une date incontournable et haute en couleur dans la Vallée Heureuse.  C’est par milliers que les participants paradent sur les avenues avant d’applaudir le  spectacle final et la mise à feu de Caramatran » Rendez-vous donc le dimanche 7 mars 2010. 

 Place aux images 

Venise la Sérénissime, quelques visages surpris au coin des rues

11.jpg03.jpg15.jpg04.jpg

10.jpg05.jpg7.jpg09.jpg

Et maintenant que le spectacle commence.  Cliquez sur les vignettes et patientez.

01appspaule2008.jpgcarnavalecole.jpg 

02venicecarnaval.jpg04lesilence1.jpg03venise2007pps.jpg    

rio2008pps.jpgcarnaval2000brasil.jpg

nice2009pps.jpgcorsofleurienbelgique.jpg

Mes sources : 

 * Evene : Article Mardi-gras Venise, Rio, Québec 

 * Happy parents 

* PPSmania.net

Hébergement de mes diaporamas sur Photomaniak

Merci à tous de votre visite! Un commentaire SVP

Paule

16paule.jpg

Publié dans Carnaval | Pas de Commentaire »

 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan