• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Il neige sur la France

    Il neige sur la France

  • mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Commentaires récents

  • Liste des articles

    • Album : Noël en Floride
      <b>christmas familygroup</b> <br />

HOMMAGE A JEAN FERRAT

Posté par ENO filles le 16 mars 2010

Pour écouter Jean Ferrat, cliquez sur la pochette de disque

jeanferrat.jpg

Extraits de l’article Evene de ce jour

« Jean Ferrat s’est éteint samedi 13 mars 2010 à l’âge de 79 ans. Aux nécrologies de circonstance, aux hommages rendus par ceux qu’il dénonçait, préférons le portrait oblique que dessine du chanteur l’un de ses classiques, « Nuit et brouillard »

Lire l’article de  Julien Demets pour Evene.fr – Mars 2010 

Jean Ferrat, le chanteur de nos premières années en France. Pour les 18 -20 ans qui ne se souvient de ces slows tendres et amoureux et de nos premiers émois.

C’est beau la vie, Aimer à perdre la raison,  Deux enfants au soleil, Je ne puis vivre que de toi, Mes amours , Nous dormirons ensemble … 

Un chanteur sentimental aux chansons douces qui parlaient à nos coeurs. A l’époque c’est ce que nous connaissions et aimions le plus de ce chanteur.

Mais… »Dans un répertoire où les ballades amoureuses et les vibrantes déclarations politiques ne laissent que peu de place à l’autobiographie, « Nuit et brouillard » est une première brèche, masquée par le voile de l’histoire. Il faudra attendre 1991 pour que remonte à nouveau ce douloureux souvenir. Et avec lui, l’espoir jamais tari du retour : « Le vent violent de l’histoire … Allait disperser à vau-l’eau… Notre jeunesse dérisoire… Changer nos rires en sanglots… Amour orange amour amer… L’image d’un père évanouie… Qui disparut avec la guerre… Renaît d’une force inouïe (…) Nul ne guérit de son enfance » 

1956-1962 L’EPOQUE DES YE-YE

Toute notre jeunesse à l’E.N.  , notre arrivée en France … et mon Eté 62 à Saint-Raphaël. 

Malgré les événements qui nous touchent de près, seules comptent l’insouciance de la jeunesse et les  surprises-parties.  Ces artistes, je les rencontre tous et mes seules préoccupations sont les écouter chanter et danser.

  « Les idoles du moment n’ont pas connu la guerre ou tentent, par quelques mélodies sucrées, d’en alléger les lendemains. A l’image des deux grands tubes de l’année, « Da doo ron ron » (Johnny) et « Première surprise-party » (Sheila), les chansons ont certes des paroles, mais plus de texte. « Nuit et brouillard » le déplore : « On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours … Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour… Que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire …Et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare. » « Dans ce paysage musical au sourire crispé, la chanson de Ferrat casse l’ambiance. Et si le célèbre « Je twisterais les mots s’il fallait les twister (…) Pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez », paraît sceller un pacte de coexistence pacifique entre le chanteur et la génération « Salut les Copains », elle témoigne aussi d’une intransigeance artistique sans cesse défendue (…) « Durant les dernières années de sa vie, ses interventions publiques sont autant d’occasions de tancer « la libre entreprise des marchés dans le domaine de la chanson [qui] conduit à un appauvrissement dramatique de la diversité culturelle ». Et le chanteur de prendre le parti, comme depuis « Nuit et brouillard », de cette « chanson de paroles » ou la chanson artisanale, tous victimes d’une injustice inacceptable »  En 2001, il adresse un courrier à la Directrice Générale de France 2, Michèle Cotta, pour protester contre le bannissement des écrans dont son amie Isabelle Aubret  est selon lui victime. Le combat est d’un autre âge (lutter contre le jeunisme ne justifie pas le « vieillisme »), mais il témoigne de la défiance du chanteur à l’égard du jeu médiatique. Déjà palpable dans ‘Nuit et brouillard’, celle-ci devait le conduire à quitter la scène en 1972, pour ne plus jamais y remonter.   

BIOGRAPHIE DE JEAN FERRAT

Jean Tenenbaum, plus connu sous le nom de Jean Ferrat, est contraint d’interrompre ses études lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate. Son père est déporté et à 15 ans, Jean quitte le lycée pour travailler afin d’aider un peu sa famille. Il commence parallèlement des études de chimie, mais il est déjà attiré par la musique et le théâtre. Il chante pour ses amis, les chansons de Prévert et le répertoire de Montand. C’est alors qu’il compose ses premières mélodies. En 1956, il compose la musique des ‘Yeux d’Elsa’, le poème d’Aragon. Les choses changent lorsqu’il rencontre Zizi Jeanmaire en 1961 pour laquelle il écrit ‘Eh l’amour’, ‘Mon bonhomme’. Elle l’engage comme vedette américaine dans son spectacle ‘L’ Alhambra’. C’est le premier music-hall dans lequel chantera Jean Ferrat. Il y restera six mois, abandonnant sa guitare. Les années qui suivent sont pour lui les meilleures, il accumule les prix et en 1962 fait sa première tournée. Il obtient le prix Henri Crolla pour sa chanson ‘Federico Garcia Lorca’, le prix Roger Seiller de la Société des auteurs et le Grand prix du disque de l’Académie nationale du disque pour ‘Deux enfants au soleil’. En novembre 1963, son 33 tours obtient le Grand prix du disque de l’Académie Charles Cros. Jean Ferrat enchaîne les concerts dans le monde entier et reçoit pour son œuvre en 1981 ‘Le Diamant de l’Année’.

Plus discret à partir des années 2000, Jean Ferrat restera un artiste engagé, auteur de plus de deux cents chansons.

Liste des chansons sur Wikipedia

Laisser un commentaire

 

Amap du bout du Monde |
Comité Ecologique |
le Sou de Livet et Gavet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUB VOSGIEN THIONVILLE
| blog-du-cehysterd
| Sauvegarde de Pompignan